L'histoire

Kartli/Iberia. Drachme du prince Juansher

Kartli/Iberia. Drachme du prince Juansher



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Liste des époux royaux de Géorgie

La Géorgie s'est divisée en trois royaumes indépendants en 1490. Les rois de Kartli étaient les descendants de Constantin II, les rois de Kakheti de George VIII et les rois d'Imereti de Bagrat VI.

Nom Père Naissance Mariage Devenu Consort A cessé d'être Consort Décès Conjoint
Tamar - - 1473 1490
mari reconnaît Kakheti et Imereti
1492 Constantin II
Mirangul Baratashvili David Jambakur Katchibadze Baratashvili, prince de Gareja
(Baratashvili)
- - 27 avril 1505
l'adhésion du mari
1525
abdication du mari
1556 David X
Gulchari - - - 1525
l'adhésion du mari
1527/34
abdication du mari
- Georges IX
Tamar d'Imereti Bagrat III d'Imereti
(Bagrationi)
- 25 mars 1526 1527/34
l'adhésion du mari
1556/58
la mort du mari
1556 Luarsab I
Nestan-Darejan de Kakhétie Levan de Kakhétie
(Bagrationi)
- 1555/59 1556/58
l'adhésion du mari
1569
l'emprisonnement du mari
1608 Simon I
Une princesse de Tarki
[7]
- - - 1562/1569
l'adhésion du mari
1578
mari fuir la Géorgie
- David XI
Daoud Khan
Nestan-Darejan de Kakhétie Levan de Kakhétie
(Bagrationi)
- 1555/59 1578
la restauration du mari
1599
l'emprisonnement du mari
1608 Simon I
Mariam Dadiani George III Dadiani, prince de Samegrelo
(Dadiani)
- 15 septembre 1578 1599
l'adhésion du mari
7 septembre 1606
la mort du mari
après 1610 Georges X
Makrine Saakadze Prince Siaush Saakadze
(Saakadze)
- 1610 vers 1612
divorce
après 1612 Luarsab II
Anne de Kakhétie Alexandre II de Kakhétie
(Bagrationi)
- - 1616
l'adhésion du mari
1619
la mort du mari
après 1619 Bagrat VII Khan
Jahan de Kakhétie Prince Jessé de Kakhétie
(Bagrationi)
- 1626 1630/31
la mort du mari
- Simon II Khan
Khorashan de Kartli George X de Kartli
(Bagrationi)
- 1612 1625
l'accession du mari en rivalité avec Simon II et Rostom
1633
la déposition du mari
1658 Teimuraz Ier de Kakhétie
Ketevan Abashishvili Gorjasp Abashishvili - 1635 1636 Rostom Khan
Mariam Dadiani Manuchar I Dadiani, prince de Samegrelo
(Dadiani)
1599–1609 1638 17 novembre 1658
la mort du mari
1682
Rwadam Kaplanishvili Orbeliani ? - - 17 novembre 1658
l'adhésion du mari
1659
divorce
1678 Vakhtang V Khan
Mariam Dadiani Manuchar I Dadiani, prince de Samegrelo
(Dadiani)
1599–1609 1659 septembre 1675
la mort du mari
1682
Tamar Davitashvili Prince David Davitashvili - 1676 4 décembre 1683 George XI Khan
Khoreshan Mikeladze Prince Giorgi Mikeladze
(Mikeladze)
- 1687 1688
la déposition du mari
24 février 1695
Ana Cholokashvili Prince Irubakidze
(Cholokashvili)
- 1677 1688
l'adhésion du mari
1703
la déposition du mari
avant avril 1716 Erekle Ier de Kakhétie
Ketevan - - - - 27 octobre 1711
la mort du mari
3 mai 1730 Kaikhosro Khan
Interrègne 1711-1714
Hélène de Kakhétie Erekle Ier de Kakhétie
(Bagrationi)
1687 1715 juin 1716
la déposition du mari
27 avril 1750 Jesse Khan
Rusudan de Circassie Kilchiko, prince de Lessr Kabarda (?)
(Misostov ?)
- 1696 juin 1716
l'adhésion du mari
1724
mari a fui
30 décembre 1740 Vakhtang VI Khan
Hélène de Kakhétie Erekle Ier de Kakhétie
(Bagrationi)
1687 1715 1724
la restauration du mari
1727
la mort du mari
27 avril 1750 Jesse Khan
À la mort de Jesse, Kartli a été annexé à l'Empire ottoman mais avec l'aide des Perses, Kartli a été donné au roi Teimuraz II de Kakheti qui à son tour a cédé Kakheti à son fils Erekle II. Les deux royaumes ne seront pleinement unis que sous Erekle II.
Tamar de Kartli Vakhtang VI de Kartli
(Bagrationi)
1697 2 février 1712 1744
l'adhésion du mari
12 avril 1746 Teimuraz II
Ana Baratashvili Prince Bejan Baratashvili
(Baratashvili)
1784 19 août 1746 8 janvier 1762
la mort du mari
1784

À la mort de Teimuraz II, Kartli et Kakheti ont été réunis une fois de plus à l'exception d'Imereti.

Nom Père Naissance Mariage Devenu Consort A cessé d'être Consort Décès Conjoint
Nestan-Darejan - - 1456 1465
la déposition de son mari en tant que roi de Géorgie
1476
la mort du mari
1510 Georges VIII
Ana Tinatina Beena Irubakidzé-Cholokashvili, prince de Satcholakao
(Cholokashvili)
- avant 1479 1476
l'adhésion du mari
27 avril 1511
la mort du mari
- Alexandre Ier
Elene Irubakidze-Cholokashvili Père de Garsevan Irubakidze-Cholokashvili, prince de Satcholakao
(Cholokashvili)
- avant 1505 27 avril 1511
l'adhésion du mari
1513
la mort du mari
1532 Georges II
1513–1520
L'annexion par le royaume de Kartli
Tinatin Gurieli Mamia I Gurieli, prince de Guria
(Gurieli)
- - 1520
la restauration du mari
1529
divorce
1591 Levan
anonyme Kamal Kara-Musel, Shamkhal de Tarku - 1529 1574
la mort du mari
-
Tinatin Amilakhvari Bardzim-Koiar Zedginidze, prince de Samilakhoro
(Amilakhvari)
- - 1574
l'adhésion du mari
octobre 1601
la déposition du mari
- Alexandre II
(1er règne)
Ketevan de Mukhrani Ashotan Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
1565 1581 octobre 1601
l'adhésion du mari
2 octobre 1602
la mort du mari
13 septembre 1624 David I
Tinatin Amilakhvari Bardzim-Koiar Zedginidze, prince de Samilakhoro
(Amilakhvari)
- - 2 octobre 1602,
la restauration du mari
12 mars 1605
meurtre du mari
- Alexandre II
(2e règne)
Ana Gurieli Mamia III Gurieli, prince de Gourie
(Gurieli)
- 1606 1606
l'adhésion du mari
1610 Teimuraz I
Khorashan de Kartli George X de Kartli
(Bagrationi)
- 1612 1616
la déposition du mari
1633
la déposition du mari
1648
la déposition du mari
1658
1614–1615
1616–1623
1633–1636
L'annexion à la Perse
1648–1656
Annexion à Kartli par le roi Rostom qui n'a pas utilisé le titre de roi de Kakheti.
1656–1664
L'annexion à la Perse
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 22 mars 1668 1675
le défaut du mari aux Turcs
16 avril 1719 Archil
(1er règne)
1676–1703
L'annexion à la Perse
Jatri-Djahan-Bégum de Jérévan shamkhal Jahan-Begum - - 1709
l'adhésion du mari
2 novembre 1722
la mort du mari
- David II
anonyme Fath 'Ali Khan Daghistani, I'timād-ud-Daulah - avant 1720 2 novembre 1722
l'adhésion du mari
28 décembre 1732
la mort du mari
- Constantin II
Tamar de Kartli Vakhtang VI de Kartli
(Bagrationi)
1697 2 février 1712 1732
l'adhésion du mari
1744
Kakheti transmis à leur fils
12 avril 1746 Teimuraz II
Ketevan Orbeliani
(Selon la tradition)
Prince Vakhtang Orbeliani-Kaplanishvil
(Orbeliani)
1687 1738/9 1744
l'adhésion du mari
1744
divorce
1750 Ereklé II
Ketevan Pkheidze Prince Zaal Pkheidze
(Pkheidze)
- 1740 1744
l'adhésion du mari
1744
Ana Abashidze Prince Zaal Abashidze
(Abashidze)
1730 1745 7 décembre 1749
Darejan Dadiani Prince Igor Dadiani
(Dadiani)
20 juillet 1734 ou 20 juillet 1738 1750 8 janvier 1762
Unification de Kartli et Kakheti
8 novembre 1807/8

À la mort de Teimuraz II, Kartli et Kakheti ont été réunis une fois de plus à l'exception d'Imereti.

En 1762, le royaume de Kartli et le royaume de Kakheti ont été réunis sous un même souverain.

Nom Père Naissance Mariage Devenu Consort A cessé d'être Consort Décès Conjoint
Darejan Dadiani Prince Igor Dadiani
(Dadiani)
20 juillet 1734 ou 20 juillet 1738 1750 8 janvier 1762
Unification de Kartli et Kakheti
11 janvier 1798
la mort du mari
8 novembre 1807/8 Ereklé II
Mariam Tsitsishvili Prince Giorgi Tsitsishvili
(Tsitsishvili)
9 avril 1768 13 juillet 1783 11 janvier 1798
l'adhésion du mari
28 décembre 1800
la mort du mari
30 mars 1850 Georges XII

L'annexion de Kakheti et Kartli à la Russie par Paul Ier de Russie, 1801.

Bien qu'un royaume vassal d'Imereti ait été créé en 1258, la seule reine consort mentionnée par les noms était Theodora Palaiologina, l'ancienne reine de toute la Géorgie, et Ana Orbeliani, épouse d'Alexandre Ier d'Imereti, qui était vraiment un duc de Shorapani et non un roi.

Nom Père Naissance Mariage Devenu Consort A cessé d'être Consort Décès Conjoint
Élene - - - 1463
mari regagner la Géorgie
1465/6
devient reine de toute la Géorgie
3 novembre 1510 Bagrat II
Tamar - - 1483 12 mars 1510 Alexandre II
Élene - - - 12 mars 1510
l'adhésion du mari
1548 Bagrat III
Rusudan Shervashidze Shervashidze - 1563 1565
l'adhésion du mari
4 août 1578 Georges II
Tamar Diasamidze Diasamidze - après 1578 1585
la mort du mari
après 1586
Marekhi Dadiani Levan I Dadiani, prince de Mingrélie
(Dadiani)
- 1586 1588
l'emprisonnement du mari
- Levan
Tinatin Jaqeli Manoutchar II Jaqeli, prince de Samtskhe
(Jaqeli)
- 1597 1605
la mort du mari
1610 Rostom
Tamar - - - 1605
l'adhésion du mari
1639
la mort du mari
après 1639 Georges III
Darejan de Kakhétie Teimuraz Ier de Kakhétie
(Bagrationi)
c. 1615 1629 1639
l'adhésion du mari
1er mars 1660
la mort du mari
1668 Alexandre III
Zira Dadiani Levan II Dadiani, prince de Mingrélie
(Dadiani)
- - 1er mars 1660
l'adhésion du mari
avant 1658 ou 1661
divorce
- Bagrat V
(1er règne)
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 1658 ou 1661 1659 ou 1661
divorce
16 avril 1719
Titia Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1659/61 1661
la déposition du mari
-
Darejan de Kakhétie Teimuraz Ier de Kakhétie
(Bagrationi)
c. 1615 1661
Darejan a choisi son mari de la noblesse pour déposer son beau-fils
1663
la déposition du mari
1668 Vakhtang Tchutchunashvili
(1er règne)
Titia Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1659/61 1663
la restauration du mari
1663
divorce
- Bagrat V
(2e règne)
Tamar Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1663 1668
la déposition du mari
-
Darejan de Kakhétie Teimuraz Ier de Kakhétie
(Bagrationi)
c. 1615 1661 1668
la restauration du mari
1668 Vakhtang Tchutchunashvili
(2e règne)
Tamar Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1663 1669
la restauration du mari
1678
la déposition du mari et leur divorce
- Bagrat V
(3e règne)
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 22 mars 1668 1678
usurpation du mari
1679
la déposition du mari
16 avril 1719 Archil
(1er règne)
Tamar Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1679 1679
la restauration du mari
1681
la mort du mari
après 1683 Bagrat V
(4e règne)
Darejan d'Imereti Bagrat V d'Imereti
(Bagrationi)
- 1677 1681
usurpation du mari
1682
divorce
1695 Georges IV
Tamar Moukhraneli Constantin Ier, prince de Mukhrani
(Bagrationi)
- 1682 1683
la déposition du mari
après 1683
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 22 mars 1668 1690
l'usurpation du mari
1691
la déposition du mari
16 avril 1719 Archil
(2e règne)
Tamar Abashidze George VI d'Imereti
(Abashidze)
1681 1691 1695
exécution du mari
1716 Alexandre IV
(2e règne)
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 22 mars 1668 1695
l'usurpation du mari
1696
la déposition du mari
16 avril 1719 Archil
(3e règne)
Tamar Abashidze George VI d'Imereti
(Abashidze)
1681 1696 1698
la déposition du mari
1716 Georges V
Ketevan de Kakhétie Prince David de Kakhétie
(Bagrationi)
1648 22 mars 1668 1698
la restauration du mari
1698
la déposition du mari
16 avril 1719 Archil
(4e règne)
Anuka Abashidze George VI d'Imereti
(Abashidze)
- 1698 1698
l'adhésion du mari'
1700
divorce
1731 Simon
- George III de Gourie
(Gurieli)
- 1700 1701
l'assassinat du mari
-
Hélène Abachidze George V d'Imereti
(Abashidze)
- 1698 1701
l'adhésion du mari
1702
la déposition du mari
après 1772 Mamia III Gurieli
(1er règne)
Rodam de Kartli George XI de Kartli
(Bagrationi)
- 1703 1707
l'adhésion du mari
octobre 1711
la déposition du mari
après 1714 Georges VII
(1er règne)
Tamar Chkhetidze Papouna II Chkhetidze, duc de Racha
(Chkhetidze)
- 1711 octobre 1711
l'adhésion du mari
juin 1712
la déposition du mari
1715 Mamia III Gurieli
(2e règne)
Rodam de Kartli George XI de Kartli
(Bagrationi)
- 1703 juin 1712
l'adhésion du mari
novembre 1713
la déposition du mari
après 1714 Georges VII
(2e règne)
Tamar Chkhetidze Papouna II Chkhetidze, duc de Racha
(Chkhetidze)
- 1711 novembre 1713
l'adhésion du mari
5 janvier 1714
la mort du mari
1715 Mamia III Gurieli
(3e règne)
mars 1714 1715 Georges VII
(3e règne)
Mariam Chirvashidze ?
(Shirvashidze)
- - 1716
l'adhésion du mari
1716
la déposition du mari
après 1717 Georges VIII
(1er règne)
Tamar Gurieli Mamia III Gurieli
(Gurieli)
- 1716 1719
l'adhésion du mari
22 février 1720
l'assassinat du mari
1742 Georges VII
(4e règne)
Elene-Khwaramzi Dadiani Bezhan I Dadiani, duc de Mingrélie
(Dadiani)
- janvier 1717 15 mars 1720
l'adhésion du mari
juin 1720
la déposition du mari
- Georges VIII
(2e règne)
Mariam Dadiani Bezhan I Dadiani, duc de Mingrélie
(Dadiani)
- 1721 avant décembre 1732 Alexandre V
(1er règne)
Tamar Abashidze Prince Levan Abashidze
(Abashidze)
- 23 décembre 1732 1741
la déposition du mari
-
. Georges Lipartiani ?
(Lipartiani)
- 1741
l'adhésion du mari
1742
la déposition du mari
Georges VII
Tamar Abashidze Prince Levan Abashidze
(Abashidze)
- 23 décembre 1732 1742
l'adhésion du mari
mars 1752
la mort du mari
- Alexandre V
(2e règne)
Mariam Dadiani Otia Dadiani, duc de Mingrélie
(Dadiani)
- 1752 mars 1752
l'adhésion du mari
1766
la déposition du mari
1780 Salomon I
(1er règne)
Ana/Melania/Ewphemia Chkhetidze Rostom I Chkhetidze, duc de Racha
(Chkhetidze)
- 1766
l'adhésion du mari
1768
la déposition du mari
Teimuraz
Mariam Dadiani Otia Dadiani, duc de Mingrélie
(Dadiani)
- 1752 mars 1752
l'adhésion du mari
1766
la déposition du mari
1780 Salomon I
(2e règne)
Gulkhana Tsulukidze Prince Tzulukidze
(Tsulukidze)
1730 ? 23 avril 1784
la mort du mari
1800
Ana Orbeliani Prince Mamuka Jambakur-Orbeliani
(Orbeliani)
17 juillet 1765 - 4 mai 1784
l'adhésion du mari
11 juin 1789
la déposition du mari
4 juin 1832 David II
Mariam Dadiani Katsia II Dadiani, duc de Mingrélie
(Dadiani)
- 1791 11 juin 1789
l'adhésion du mari
20 février 1810
la déposition du mari
18 mars 1841 Salomon II

Annexion d'Imereti à la Russie par Alexandre Ier de Russie, 20 février 1810.


Adarnase I de Tao-Klarjeti

L'histoire des Juifs en Arménie présente de nombreux problèmes, mais les associations avec les Juifs remontent à des temps très anciens. Le mont Ararat, mentionné dans la Bible comme Noé&# x2019s (Gen. 8:4), est situé dans une partie de l'Arménie historique qui est maintenant en Turquie son nom biblique dérive de l'ancien (pré-arménien) état d'Urartu. Les Juifs des royaumes israélites auraient été déportés en Arménie soit par les Assyriens, après la destruction de la Samarie, soit par les Babyloniens, après la conquête de Jérusalem, et le roi Tigrane le Grand (r. 95&# x201355 avant notre ère) est dit ont amené dix mille Juifs du nord d'Israël en Arménie.

Plusieurs rois ultérieurs d'Arménie étaient en partie d'origine juive du fait de leur descendance de Tigrane V, petit-fils d'Hérode le Grand de Judée et neveu de Tigrane IV, qui monta sur le trône d'Arménie en 2 avant notre ère. Beaucoup plus tard, les Bagratides (Bagratouni), une dynastie royale arménienne (et géorgienne) (9e&# x201312e siècle), étaient généralement considérés comme descendants d'un Juif déporté de haut rang nommé &# x0160mbat (sabbat) Bagrat.

Presque tous les écrits historiques arméniens qui mentionnent les Juifs sont de dates beaucoup plus tardives que les événements qu'ils traitent. Les dirigeants iraniens auraient déporté des milliers de familles juives d'Arménie et les auraient réinstallées à Ispahan, mais rien de tout cela ne peut être authentifié.

On sait peu de choses sur les Bagratides en général, et Adarnase Bagratouni en particulier - la plupart de ce que nous savons provient d'un document unique de cette période écrit par ᐞwond à la fin du 8ème siècle en Arménie.

&# x0141ewond était l'auteur d'une prose Patmut&# x02bfiwn (Histoire) écrite vers 790, illustrant la domination islamique du VIIIe siècle sur l'Arménie. Composé sous le patronage de ᘊpuh Bagratuni (d. 824), &# x0141ewond's Patmut&# x02bfiwn couvre en quarante-deux chapitres les années entre 632 et 788, passant rapidement des invasions musulmanes de la Palestine, de la Syrie et de la Mésopotamie à se concentrer sur les événements de l'annexion de l'Arménie au califat . Le Patmut&# x02bfiwn se termine par l'élection de Step&# x02bfanos de Dvin comme Kat&# x02bfo&# x0142ikos (788).

Les principales sources écrites de &# x0141ewond sont Seb&# x0113os, dont son travail Patmut&# x02bfiwn est une continuation, et la géographie arménienne anonyme du VIIe siècle. Il prétend être un témoin oculaire de la seconde moitié du VIIIe siècle. Son Patmut&# x02bfiwn s'est probablement poursuivi dans un Patmut&# x02bfiwn perdu écrit par l'historien du IXe siècle ᘊpuh Bagratuni, le petit-fils du parrain de ᐞwond. Bien que la personne et l'œuvre de &# x0141ewond ne soient constamment mentionnées qu'à partir du XIe siècle, le silence des historiens du Xe siècle Yovhann&# x0113s ​​Drasxanakertc&# x02bfi et T&# x02bfovma Arcruni peut provenir d'un usage indirect de &# x0141ewond par l'intermédiaire de & Le travail perdu de #x0160apuh Bagratuni. Conservé dans huit manuscrits survivants, dont le plus ancien date du 13e siècle (Erevan, Ma&# x0161toc&# x02bf Matenadaran, ms. 1902), Le Patmut de ᐞwondʿiwn est la seule chronique contemporaine des événements en Arménie au 8ème siècle, et est particulièrement précieux pour ses informations précises sur les conditions militaires, politiques et géographiques, et les politiques de la domination islamique en Arménie. ᐞwond est le premier historien arménien à dater les événements selon l'ère arménienne, qui commence en 552 après JC.

Un tiers du texte du Patmut&# x02bfiwn est repris par une lettre de l'empereur byzantin Léon III au calife omeyyade &# x02bfUmar II. Cette lettre est un document unique sur l'iconoclasme, traduit d'un original grec perdu, et inséré dans la narration de ᐞwond à un stade ultérieur lorsqu'il a été ajouté reste un sujet de débat scientifique.

Textes : K. Ezean, Patmut&# x02bfiwn, 1887. Z. Arzoumanian, History of Lewond, 1982. Lit : J.-P. Mah&# x00e9, "Le problème de l'authentiqueé et de la valeur de la Chronique de ᐞwond", dans L𠆚rménie et Byzance, 1996, 119-26.

Amit, David et Michael E. Stone. &# x201cA Cimetière juif au Moyen Âge à Eghegis dans le sud de l'Arménie,&# x201d Pe&# x02bfamim 98&# x201399 (2005), pp. 67&# x2013120 [hébreu].

——–.&# x201cRapport de l'enquête d'un cimetière juif médiéval à Eghegris, région de Vayots Dzor, Arménie,&# x201d Journal of Jewish Studies 53 (2002), pp. 66&# x2013106.

Neusner, Jacob. &# x201cLes Juifs en Arménie païenne,&# x201d Journal de l'American Oriental Society 84 (1964) : 230&# x2013240.

Segal, J. B. “Les Juifs de Mésopotamie du Nord avant la montée de l'Islam,” dans Sefer Segal, éd. J. M. Grintz et J. Liver (Jérusalem : Société israélienne pour la recherche biblique, 1964), pp. 32&# x201363.

Shapira, Dan. “Sources arméniennes et géorgiennes sur les Khazars : une réévaluation,” dans Le monde des Khazars : nouvelles perspectives. Articles choisis du colloque international Khazar de Jérusalem 1999, éd. H. Ben-Shammai, P. B. Golden, et A. Ron&# x00e1-Tas (Leiden : Brill, 2007), pp. 307&# x2013352.

——–."Gleanings on Juifs of Greater Iran under the Sasanians Selon les plus anciens textes arméniens et géorgiens", Iran & the Caucasus 12/2 (2008), pp. 191-216

——–. “Judaeo-Armeniaca : sur le lexique juif en arménien classique,” Xristianskij Vostok, n.s. 4, non. 10 (Saint-Pétersbourg, 2003) [publié en 2006]), pp. 340�.

Topchyan, A. &# x201cJews dans l'ancienne Arménie (1er siècle avant J.-C.&# x20135e siècle après JC),&# x201d Le Mus&# x00e9on 120 (2007), pp. 435&# x2013476. Adarnase (géorgien : ადარნასე) était un noble de la fin du VIIIe siècle d'Ibérie (Kartli, Géorgie moderne) et le fondateur de la dynastie géorgienne des Bagratides. Il s'est établi à Tao-Klarjeti en tant que vassal de la dynastie Chosroid d'Ibérie et, par héritage, a acquis plus de terres, préparant le terrain pour l'élévation des Bagratides &# x2013 en la personne de son fils Ashot I &# x2013 au principat d'Ibérie.

La chronique médiévale géorgienne History of King Vakhtang Gorgasali, attribuée à Juansher, raconte que le prince (mtavari) Adarnase est venu voir le souverain géorgien chosroid Archil et a demandé des terres, acceptant à son tour d'être son vassal. On lui a donné Shulaveri et Artani (Ardahan moderne, Turquie). Selon le même passage, Adarnase était un descendant du prophète David et du neveu ou &# x2013 selon un autre manuscrit &# x2013 petit-fils de "Adarnase l'Aveugle" son père était" apparenté aux Bagratides" et avait été érigé en duc dans l'Arménien terres par les Byzantins. Opprimé par l'Arabe Marwan, il était arrivé chez les "enfants des curopalats Guaram III et y resta."[1][2][3][4]

Le professeur Cyril Toumanoff suppose que "Adarnase l'Aveugle" dans Juansher &# x2013 qui n'est pas attesté ailleurs &# x2013 est une simple erreur pour Ashot III l'Aveugle d'Arménie (r. 732&# x2013748), faisant ainsi d'Adarnase Ashot le petit-fils, pas un neveu, par son fils Vasak qui aurait épousé la fille du prince géorgien Guaram III et vécu comme un fugitif à sa cour après la rébellion désastreuse de la noblesse arménienne contre la domination arabe en 772. Vasak est inconnu des archives géorgiennes dans lesquelles l'origine du géorgien Bagratids est en grande partie obscurci en faveur de la dynastie&# x2019s réclamation d'origine davidique.[5] Ainsi, Sumbat Davitisdze, le biographe du XIe siècle de la dynastie géorgienne, ne fait qu'une référence détournée à Adarnase et projette, par erreur ou intentionnellement, l'arrivée des ancêtres bagratides plusieurs siècles plus tôt.[4]

Adarnase a eu deux enfants. Son fils, Ashot, lui succéda à Tao-Klarjeti et devint le premier prince président Bagratid d'Ibérie. Selon la Chronique de Kartli, Adarnase avait également une fille, Latavri. Elle épousa Juansher, un fils du même prince, Archil, dont Adarnase reçut des terres et le patronage. Juansher&# x2019s mère était initialement opposée au mariage, comme le prétend la chronique, en raison de son ignorance de l'origine davidique des Bagratides&# x2019.[4] Cette alliance dynastique a permis à Adarnase d'étendre davantage ses domaines. Archil&# x2019s possessions territoriales avaient été divisés entre trois héritiers Juansher était l'un d'entre eux. À la mort de Juansher (vers 806), Adarnase hérita du tiers de Juansher par sa fille et le combina avec les terres acquises du vivant de son gendre, jetant ainsi les bases du fief héréditaire des Bagratides géorgiens à Tao-Klarjeti et Javakheti.[5] Latavri et son défunt père Adarnase sont commémorés dans une inscription géorgienne du monastère de Kabeni près d'Akhalgori.[6]

^ Thomson, Robert W. (1996), Réécriture de l'histoire du Caucase, p. 248. Oxford University Press, ISBN 0198263732

^ Rapp, Stephen H. (2003), Études dans l'historiographie géorgienne médiévale : premiers textes et contextes eurasiens, p. 233. Éditeurs Peeters, ISBN 90-429-1318-5

^ Toumanoff, Cyril (1963). Études sur l'histoire chrétienne du Caucase, p. 345. Georgetown University Press.

^ un bc (français) Aleksidzé, Zaza & Mahé, Jean-Pierre (2001), Le Nouveau Manuscrit Géorgien Sinaïtique N SIN 50, pp. 37-38. Éditeurs Peeters, ISBN 9042909811

Adarnase (géorgien : ადარნასე) était un noble de la fin du VIIIe siècle d'Ibérie (Kartli, Géorgie moderne) et le fondateur de la dynastie géorgienne des Bagratides. Il s'est établi à Tao-Klarjeti en tant que vassal de la dynastie Chosroid d'Ibérie et, par héritage, a acquis plus de terres, préparant le terrain pour l'élévation des Bagratides &# x2013 en la personne de son fils Ashot I &# x2013 au principat d'Ibérie.

Origine[modifier] La chronique médiévale géorgienne History of King Vakhtang Gorgasali, attribuée à Juansher, raconte que le prince (mtavari) Adarnase est venu voir le souverain géorgien chosroid Archil et lui a demandé des terres, acceptant à son tour d'être son vassal. On lui a donné Shulaveri et Artani (Ardahan moderne, Turquie). Selon le même passage, Adarnase était un descendant du prophète David et du neveu ou &# x2013 selon un autre manuscrit &# x2013 petit-fils de "Adarnase l'Aveugle" son père était" apparenté aux Bagratides" et avait été érigé en duc en arménien terres par les Byzantins. Opprimé par l'Arabe Marwan, il était arrivé chez les "enfants des curopalats Guaram III et y resta."[1][2][3][4]

Le professeur Cyril Toumanoff suppose que "Adarnase l'aveugle" dans Juansher – qui n'est pas attesté ailleurs – est une simple erreur pour Ashot III l'Aveugle d'Arménie (c. 690 – 762), faisant ainsi d'Adarnase Ashot le petit-fils, pas un neveu , par l'intermédiaire de son fils Vasak qui aurait épousé la fille du prince géorgien Guaram et vécu en fugitif à sa cour après la désastreuse rébellion de la noblesse arménienne contre la domination arabe en 772. Vasak est inconnue des archives géorgiennes dans lesquelles l'origine du Les Bagratides géorgiens sont largement occultés en faveur de la revendication de la dynastie d'ascendance davidique.[5] Ainsi, Sumbat Davitisdze, le biographe du XIe siècle de la dynastie géorgienne, ne fait qu'une référence détournée à Adarnase et projette, par erreur ou intentionnellement, l'arrivée des ancêtres bagratides plusieurs siècles plus tôt.

Adarnase était marié à une fille du prince Nerse d'Ibérie avec qui il a eu deux enfants. Son fils, Ashot, lui succéda à Tao-Klarjeti et devint le premier prince président Bagratid d'Ibérie. Selon la Chronique de Kartli, Adarnase avait également une fille, Latavri. Elle épousa Juansher, un fils du même prince, Archil, dont Adarnase reçut des terres et le patronage. Juansher&# x2019s mère était initialement opposée au mariage, comme le prétend la chronique, en raison de son ignorance de l'origine davidique des Bagratides&# x2019.[4] Cette alliance dynastique a permis à Adarnase d'étendre davantage ses domaines. Archil&# x2019s possessions territoriales avaient été divisés entre trois héritiers Juansher était l'un d'entre eux. À la mort de Juansher (vers 806), Adarnase hérita du tiers de Juansher par sa fille et le combina avec les terres acquises du vivant de son gendre, jetant ainsi les bases du fief héréditaire des Bagratides géorgiens à Tao-Klarjeti et Javakheti. Latavri et son défunt père Adarnase sont commémorés dans une inscription géorgienne du monastère de Kabeni près d'Akhalgori.[6]


Re: Royaume de Kartli (Ibérie du Caucase)

Pharnavaz Ier d'Ibérie

Pharnavaz I (géorgien : &# 4324&# 4304&# 4320&# 4316&# 4304&# 4309&# 4304&# 4304&# 4310&# 4312, également orthographié P'arnaoz, P'arnavaz, P'arnawaz, ou Farnavaz) était le premier roi de Kartli, un ancien royaume géorgien connu sous le nom d'Iberia aux sources classiques, qui est crédité par la tradition écrite géorgienne médiévale de la fondation de la royauté de Kartli et de la dynastie Parnavaziani. Il n'est pas directement attesté dans des sources non géorgiennes et il n'y a pas d'indication contemporaine précise qu'il était en effet le premier des rois géorgiens. Son histoire est saturée d'images et de symboles légendaires, et il semble possible que, alors que la mémoire des faits historiques s'estompait, le vrai Parnavaz « accumulait une façade légendaire » et devenait le monarque pré-chrétien modèle dans les annales géorgiennes.[1 ] Sur la base des preuves médiévales, la plupart des érudits situent le règne de Parnavaz au IIIe siècle av. J.-C. : 302 av. J.-C. selon le prince Vakhusht, 299 av.

administration provinces de K. de KARTLI pendant de Pharnavaz I

Selon le c. 800 chronique La vie des rois, Parnavaz avait une généalogie distinguée, remontant à Kartlos, l'ethnarque mythique de Kartli. Son oncle paternel, Samara, occupait le poste de mamasakhlisi ("père de la maison") des tribus géorgiennes autour de Mtskheta. La mère de Parnavaz aurait été iranienne. L'histoire entière de Parnavaz, bien qu'écrite par un chroniqueur chrétien, regorge d'anciennes images de type iranien et d'allusions mystiques, reflet des liens culturels et vraisemblablement politiques confirmés par l'archéologie entre l'Iran et Kartli à cette époque. Le nom "Parnavaz" est également un exemple illustratif avec sa racine par-être basée sur la farnah persane, le rayonnement divin que les anciens Iraniens croyaient pour marquer un dynaste légitime (cf. khvarenah).[3] L'étiquette dynastique Parnavaziani ("de/de/nommé pour Parnavaz") est également conservée dans les premières histoires arméniennes comme P'arnawazean (Faustus 5.15 cinquième siècle) et P'arazean (Histoire primaire de l'Arménie 14 probablement le début du Ve siècle), une reconnaissance qu'un roi nommé Parnavaz aurait été le fondateur d'une dynastie géorgienne.[1]
Peut-être la section la plus artistiquement arrondie des annales géorgiennes, le récit suit la vie de Parnavaz de la naissance à l'enterrement.[4] La petite famille Parnavaz est détruite, et son héritage est usurpé par Azon installé par Alexandre le Grand lors de sa campagne mythique à Kartli. Il est élevé sans père, mais un rêve magique, dans lequel il s'oigne de l'essence du Soleil, annonce la péripétie. Il est persuadé par cette vision de "se consacrer [lui-même] à de nobles actions". Il part alors à la chasse. Dans une poursuite d'un cerf, il rencontre une masse de trésors stockés dans une grotte cachée.[5] Parnavaz récupère le trésor et l'exploite pour monter une armée loyale contre le tyrannique Azon. Il est aidé par Kuji, le seigneur d'Egrisi (le Colchide des écrivains classiques - Kuji n'est pas attesté ailleurs), qui finit par épouser la sœur de Parnavaz. Les rebelles sont également rejoints par 1 000 soldats du camp d'Azon, ils sont anachroniquement appelés par l'auteur Romains, et ont prétendu avoir été qualifiés par le Parnavaz victorieux d'aznauri (c'est-à-dire de nobles) après Azon (cette étymologie est cependant fausse).

Téléchargé avec ImageShack.us
Dans la bataille qui s'ensuit, Azon est vaincu et tué, et Parnavaz devient le roi de Kartli à l'âge de vingt-sept ans. On rapporte qu'il a reconnu la suzeraineté des Séleucides, les successeurs hellénistiques d'Alexandre au Moyen-Orient, auxquels les chroniques géorgiennes donnent le nom générique d'Antiochus.[1] Parnavaz aurait également modelé son administration sur un modèle « iranien »[6] et aurait introduit une organisation militaro-administrative basée sur un réseau de gouverneurs régionaux ou eristavi.[7] Alors que les preuves géorgiennes et classiques rendent plausibles les liens kartliens contemporains avec les Séleucides (Toumanoff a même laissé entendre que les rois de Kartli auraient pu aider les Séleucides à contrôler la résurgence des Orontides d'Arménie[8]), la prétendue réforme des fiefs eristavi par Parnavaz est très probablement une rétroprojection du modèle médiéval de subdivision dans le passé lointain.[9]
Parnavaz se serait alors lancé dans des projets sociaux et culturels qu'il supervisera deux projets de construction : l'élévation de l'idole Armazi – censée porter son nom – sur un rebord de montagne et la construction d'une forteresse du même nom.[9] Il est également soupçonné d'avoir inventé (ou réformé) l'alphabet géorgien, qui a en fait été conçu après l'adoption du christianisme (vers 337 après JC), mais l'existence d'une forme locale particulière d'araméen dans la Géorgie pré-chrétienne a été documentée archéologiquement. .[dix]
Les chroniques rapportent le long règne de Parnavaz de soixante-cinq ans.[1] À sa mort, il fut enterré devant l'idole Armazi et adoré. Son fils, Saurmag, est devenu un successeur au trône.[11]

Chevalier Blanche Date d'inscription nov. 2006 Lieu Rouen, Fran e Messages 2 109

Bacurius II d'Ibérie

Bakur II, de la dynastie Chosroid, était un roi d'Ibérie de 534 à 547.
Bakur était le fils et le successeur du roi Dachi. Selon le chroniqueur géorgien médiéval Juansher, il mourut en laissant de jeunes enfants et Iberia tomba sous le contrôle des Sassanides. Il a eu deux enfants, Pharasmanes V et l'un des parents de Pharasmanes VI.

Bacurius géorgien : ბაკური Bakur est une version latinisée du prénom masculin géorgien dérivé de l'Iran. Il peut se référer à: Bacurius Ier d'Iberia roi
Bakur I géorgien : ბაკურ I, latinisé sous le nom de Bacurius de la dynastie des Arsacides, était un roi d'Ibérie connu à l'origine sous le nom de Géorgie ancienne de Kartli à partir de 234
Mirian III, de la dynastie Chosroid, sur le trône d'Iberia Rev I, 189 216 Vache fils 216 234 Bacurius I fils 234 249 Mithridate II fils 249 265
achevé la construction de sa citadelle fondée par son père. Dachi a été remplacé par son fils, Bacurius II Martindale, John Robert 1992
Pharasmanes de la dynastie Chosroid, était le roi d'Iberia Kartli, Géorgie orientale de 547 à 561. Parsman était le fils et successeur de Bakur II et a été
vice-roi iranien à travers le compromis avec les princes locaux. À la mort de Bacurius III d'Ibérie en 580, les Sassanides saisirent l'occasion d'abolir la monarchie
était une reine consort du royaume d'Ibérie en tant que deuxième épouse de Mirian III au 4ème siècle. Pour son rôle dans la conversion des Géorgiens au christianisme
David. Iberia, en ayant une connexion directe avec Jérusalem, y avait déjà plusieurs monastères. C'est à Jérusalem que Rufin a rencontré Bacurius et par
descendant du roi Vonones II 4 générations Les rois Aspacures II et Rev II par leur mère la reine Nana d'Ibérie étaient les descendants directs du roi Mithridate
date Bacurius III, roi d'Ibérie Géorgie Eormenric, roi de Kent date approximative Galam Cennalath, roi des Pictes Gao Anagong, haut fonctionnaire du Nord

  • Bacurius géorgien : ბაკური Bakur est une version latinisée du prénom masculin géorgien dérivé de l'Iran. Il peut se référer à: Bacurius Ier d'Iberia roi
  • Bakur I géorgien : ბაკურ I, latinisé sous le nom de Bacurius de la dynastie des Arsacides, était un roi d'Ibérie connu à l'origine sous le nom de Géorgie ancienne de Kartli à partir de 234
  • Mirian III, de la dynastie Chosroid, sur le trône d'Iberia Rev I, 189 216 Vache fils 216 234 Bacurius I fils 234 249 Mithridate II fils 249 265
  • achevé la construction de sa citadelle fondée par son père. Dachi a été remplacé par son fils, Bacurius II Martindale, John Robert 1992
  • Pharasmanes de la dynastie Chosroid, était le roi d'Iberia Kartli, Géorgie orientale de 547 à 561. Parsman était le fils et successeur de Bakur II et a été
  • vice-roi iranien à travers le compromis avec les princes locaux. À la mort de Bacurius III d'Ibérie en 580, les Sassanides saisirent l'occasion d'abolir la monarchie
  • était une reine consort du royaume d'Ibérie en tant que deuxième épouse de Mirian III au 4ème siècle. Pour son rôle dans la conversion des Géorgiens au christianisme
  • David. Iberia, en ayant une connexion directe avec Jérusalem, y avait déjà plusieurs monastères. C'est à Jérusalem que Rufin a rencontré Bacurius et par
  • descendant du roi Vonones II 4 générations Les rois Aspacures II et Rev II par leur mère la reine Nana d'Ibérie étaient les descendants directs du roi Mithridate
  • date Bacurius III, roi d'Ibérie Géorgie Eormenric, roi de Kent date approximative Galam Cennalath, roi des Pictes Gao Anagong, haut fonctionnaire du Nord
  • 447 522 Dachi, Roi 522 534 Bacurius II Roi 534 547 Pharasmanes V, Roi 547 561 Pharasmanes VI, Roi 561 Bacurius III, Roi 580 Sharer
  • Cette liste fait partie du plus grand ensemble de listes de monarques géorgiens.
  • Rome 287 330 Caucase Iberia liste complète Rev I, King 189 216 Vache, King 216 234 Bacurius I, King 234 249 Mihrdat II King 249 265 Aspacures
  • Fils de Mithridate IV roi d'Ibérie Orodes 37 42 Encore Mithridate I 42 52 Encore Rhadamiste 52 54 Fils de Pharasmanes III roi d'Ibérie Tiridate
  • épouse de Chilpéric Ier date approximative Bacurius III, roi d'Ibérie Géorgie Eormenric, roi de Kent date approximative Galam Cennalath, roi des Pictes
  • Les rois de Kartli étaient les descendants de Constantin II, les rois de Kakheti de George VIII et les rois d'Imereti de Bagrat VI.A la mort de Teimuraz II
  • Les Scutarii sous Cassio et les Sagittaires sous Bacurius ont engagé les Goths sans ordre. Cela a forcé la bataille d'Andrinople pour commencer. Alors que les armées s'engageaient
  • Histoire de la Géorgie. Voir aussi la Liste des rois et reines géorgiens. Chronologie de Tbilissi William Henry Overall, éd. 1870 Georgia, Asia Dictionary of Chronology

Personne:Bacurius of Iberia 1 Généalogie WeRelate.

Petits-enfants Bacurius II d'Ibérie Vakhtang I d'Ibérie Nom Premier règne Affaires de l'Église Guerre avec l'Iran Famille Testament de Vakhtang Héritage. A King and No King Compendium of Renaissance Drama. Dachi d'Ibérie : lt p Dachi Géorgien : დაჩი, également Darchi, დარჩი, ou Darchil, დარჩილი, du Dachi a été remplacé par son fils, Bacurius II.

NAQT sur Twitter : 1 Au début de cette bataille, Bacurius le.

Bacurius : général romain d'origine ibérique, tué au combat en 394 de notre ère. Un temple de style romain à Les deux hommes étaient amis. Bacurius l'est aussi. Themsitius Oration 8 et 10 Forums de Total War Center. Son successeur pour céder à Sapor II la suzeraineté de l'Arménie, Ibérie en 580, le roi Bacurius III mourut laissant de jeunes fils, les princes ibériques. Dachi d'Iberia The Reader, Reader View of pedia. Comment prononcer Bacurius II of Iberia Comment prononcer Bacurius III Comment prononcer Bacurius III of Iberia Comment prononcer Bacurius the Iberian. Nana d'Iberia Nes. D'Iberia Dynastie des Arsacides d'Iberia Sauromaces II d'Iberia Aspacures II d'Iberia Aspacures III d'Iberia Mihrdat III d'Iberia Vakhtang I d'Iberia Bacurius.

Edition annotée, fichier texte Elizab.

Si cela est vrai, alors un article récent que j'ai lu a souligné que les exilés ibériques Toutes les sources contemporaines font l'éloge de Bacuriuss sans équivoque. Vakhtang I d'Iberia Alchetron, L'Encyclopédie Sociale Libre. 1 Au début de cette bataille, Bacurius l'Ibérique mena une attaque que 2 Fritigern. La cavalerie gothique a vaincu l'empereur romain Valens. BYZANTIUM ET LES ARABES AU IVe SIÈCLE. Ajoutez King of Iberia à votre liste de sujets ou partagez-la. Roi d'Ibérie à Co ​gouverné avec son fils Rev II d'Ibérie 345 361. d'Ibérie. Fils de Bacurius II.

Un roi et aucun roi American Shakespeare Center.

D'Iberia,2 à celle de l'Histoire des Rois du VIIIe siècle, plus autoritaire et plus ancienne, la difficulté qu'il n'y avait pas de Bacurius Bakur sur l'Iberia. Bacurius III d'Iberia Mili, The Free Encyclopedia., of the Chosroid Dynasty, était un roi de. Dynastie chosroïde Hyperleap. Bakur III Géorgien : ბაკურ III, latinisé comme Bacurius est mort 580 était le Saurmag II, de la dynastie Chosroid, était un roi d'Iberia de 361 à 363 et.

Pronouncekiwi Comment prononcer Bacuri, Maranhão.

Prédécesseur, Bacurius II d'Ibérie. Successeur, Pharasmanes VI comme Pharasmanes, de la dynastie Chosroid, était le roi d'Iberia. Royaume d'Ibérie – Carte de. Bacurius II d'Iberia pedia. Arsacides en Ibérie. REV I le Juste, 189 216 fils du roi Vologases II 180 191 d'Arménie. VACHE, 216 234 fils du Rév I. BACURIUS BAKUR I, 234 249, fils.

Montagne Constantines : La christianisation d'Axoum et de la péninsule ibérique.

II. II. Le règne de Constance. Constance et les Arabes. Constance et les hostilités des Sémites du Sud contre les Perses en Arménie et en Ibérie. roi​, Bacurius et le prince mauritanien, Gildo pour tous, voir PLRE, vol. Un roi et pas de roi. Arbaces, roi d'Ibérie. Tigrane, roi d'Arménie. Gobrias, seigneur protecteur et père d'Arbaces. Bacurius, un autre seigneur. Mardonius. Bessus, deux capitaines. Barbares et évêques : Armée, Église et État à l'époque de. Arbaces, le roi d'Ibérie, a vaincu Tigrane, roi d'Arménie, après un long Conte, La Tempête et Les Deux Nobles Parents, qu'il a écrit avec Fletcher. Référence. Article de Cyril Toumanoff sur l'Arménie et la Géorgie. I. Roi de Géorgie, 534 547, Bacurius II d'Ibérie 9 frères martyrs de Kola, commémoré le 22 février Vénérable Shio Mgvime, commémoré le mars.

Géorgie, Église dans l'ancienne En.

Il existe deux principales sources médiévales pour la conversion de Georgias par St Nino. conversion de la famille royale ibérique en une femme, une captive chrétienne.10 L'histoire sur la base du récit oral d'un prince géorgien nommé Bacurius, qui. À propos de Bacurius II d'Ibérie : roi chosroïde d'Ibérie du Caucase. Analyse des royaumes d'Axoum et d'Ibérie, deux royaumes dont les dirigeants avec un Bacurius en 392 24 et à la fois Socrate Scholasticus et le païen histo. Mots qui correspondent au modèle bacu OneLook Dictionary Search. Dachi d'Iberia de la dynastie Chosroid, était le roi d'Iberia Kartli, régnant dans l'est de la Géorgie, selon un Dachi a été remplacé par son fils, Bacurius II. Arbre généalogique des monarques géorgiens d'Iberia Visuellement. Médias dans la catégorie Bacurius l'ibérique. Les 2 fichiers suivants sont dans cette catégorie, sur 2 au total. Inscription géorgienne à Bir El Qutt, 430 AD.jpg. Bacurius II Of Iberia Famille, Enfants & Faits. Le christianisme et l'empereur ont été deux coordonnées majeures de Byzantine, n'ont donné aucun nom au roi ibérique et ont suggéré que Bacurius était un roi ultérieur.

Rei Bacurius II da Iberia Ano 0534 0514 FamilySearch.

Histoire. Une fois les Arsacides, en la personne de Vologases II r. En 284, avec la mort d'Aspagur II, la lignée ibérique des Arsacides prit fin, et celle des Bacurius I, 234 à 249. Bacurius Livius. Découvrez Bacurius II Of Iberia : sa date de naissance, son âge, son signe du zodiaque, sa famille, etc. Bataille d'adrianople Kaycha Labs. II. Ensuite, la métropole d'Iberia. Londres : Vizetelley & Co., 1887. 6. Dyce, Alexander, éd. 427 : à ce stade, les Deux Messieurs et Bacurius se déplacent. 428.

Conversion et Empire : Missionnaires byzantins Deep Blue.

Personnes représentées dans la pièce. Arbaces, roi d'Ibérie. Tigrane, roi d'Arménie. Gobrias, seigneur protecteur et père d'Arbaces. Bacurius, un autre seigneur. едующая Войти Настройки. Catégorie:Bacurius the Iberian media Commons. Ibérique fait référence à Iberia, qui a deux significations fondamentales : Bacurius l'ibérique, le général géorgien Pierre l'ibérique, le théologien et philosophe géorgien Jean. Géorgie, 500, dossier du 6e siècle. Bacurius : un général romain de la fin du IVe siècle : ibérique et romain, chrétien et païen.

CHRONOLOGIE DES PREMIERS ROIS D'IBERIE PAR CYRIL.

Iberia était le noyau de la Géorgie, où la continuité historique de la nation. . Arbre généalogique des monarques géorgiens d'Iberia zero. Roi d'Ibérie r. 138-161. Amazasp II Roi d'Ibérie r. 185-189, fille. Rev I Roi d'Ibérie r. 189-216. Vache Roi d'Ibérie r. 216-234. Bacurius Ier, roi de. Bacurius II d'Iberia Roi. Bacurius III d'Ibérie. d.580. Arbre généalogique▽. Parents et frères et sœurs. Éditer. F. Pharasmanes VI d'Ibérie. Bacurius III d'Ibérie. Conjoint et enfants.


Bibliographie

Mousheghian , Khatchatur, (†), Mousheghian , Anahit, B resc , Cécile, Depeyrot , Georges & G urnet , François, Histoire et trouvailles en Arménie, Monnaies de Duin, capitale de l'Arménie (4-13e s.), Inventaire des monnaies byzantines et sassanides en Arménie (6-7e s.), Wetteren, Collection Moneta 18, 2000.

T sotselia , Médée, Histoire et découvertes de pièces de monnaie en Géorgie, pièces de monnaie sassanides et byzantines de Tsitelitskaro (A.D. 641), 26, Wetteren, Collection Moneta, 2002.

Histoire et trouvailles de pièces de monnaie en Géorgie, trouvailles et trésors de pièces de monnaie sassanides, Wetteren, Collection Moneta 30, 2003.


Kartli/Iberia. Drachme du prince Juansher - Histoire

Academia.edu ne prend plus en charge Internet Explorer.

Pour parcourir Academia.edu et l'Internet au sens large plus rapidement et en toute sécurité, veuillez prendre quelques secondes pour mettre à jour votre navigateur.

Bakur le Grand : la théorie de Khurtsilava-Codoñer sur la paternité des Asomtavruli géorgiens (M. plus Bakur le Grand : la théorie de Khurtsilava-Codoñer sur le
Paternité du script géorgien Asomtavruli (Majuscule)

L'article discute d'une nouvelle théorie sur la datation et la paternité de l'écriture géorgienne. Dans sa thèse sur les croyances religieuses et la vision du monde de l'Ibérie au début de la période chrétienne, soutenue le 15 février 2016, l'historien Besik Khurtsilava soutient que l'écriture géorgienne asomtavruli (majuscule) a été créée sur la base de l'alphabet grec après l'établissement du christianisme. en Géorgie. La principale nouveauté des recherches de Khurtsilava est qu'il attribue la création de l'écriture asomtavruli à Bakur le Grand, personnage public de la fin du IVe siècle, bien connu des sources grecques et romaines. Bakur a d'abord servi dans l'armée romaine et plus tard, au milieu des années 390, est monté sur le trône du royaume de Kartli (Ibérie). Cette question est discutée dans les monographies de Khurtsilava publiées en 2002, 2005 et 2009.
En 2014, Juan S. Codoñer, professeur à l'Université de Valladolid, est arrivé à la même conclusion indépendamment des travaux de Besik Khurtsilava. En particulier, il suggère que les asomtavruli doivent avoir été créés en Palestine dans un cercle de moines géorgiens sous la direction de Bakurius, qui à cette époque servait de dux Palestinae.
Ces découvertes parallèles mais indépendantes des deux chercheurs, que nous pourrions appeler conjointement la théorie de Khurtsilava-Codoñer, fournissent des bases solides pour une étude plus approfondie de la naissance et de la paternité de l'écriture asomtavruli.


Contenu

Le nom géorgien natif du pays est Sakartvelo (საქართველო). Le mot se compose de deux parties. Sa racine, kartvel-i (ქართველ-ი), attesté pour la première fois dans le vieux géorgien inscription d'Umm Leisun à Jérusalem, se référait à l'origine à un habitant de la région centrale de la Géorgie centrale de Kartli - Iberia des sources classiques et byzantines. Au début du IXe siècle, le sens de « Kartli » a été étendu à d'autres régions de la Géorgie médiévale maintenues ensemble par la religion, la culture et la langue. La circonfixe géorgienne sa-X-o est une construction géographique standard désignant « la zone où habite X », où X est un ethnonyme. [7]

La première référence à "Sakartvelo" se produit dans le c. 800 chronique géorgienne de Juansher Juansheriani.

, , შემუსრა ცხუმი. მოადგა ციხესა ანაკოფისასა.
Et quand cet homme sourd [c'est-à-dire Calife Omeyyade Marwan II (les Géorgiens l'appelaient "Marwan le Sourd" lors de son invasion de la Géorgie)] détruisit Klisura, qui était la frontière de Saberdzneti et Sakartvelo, et il détruisit la ville de Tskhumi d'Apshileti, et passa par la forteresse d'Anacopia. [8]
- La vie du roi des rois Vakhtang Gorgasali

Au cours des 200 années suivantes, cette désignation a été reconfigurée de sorte qu'elle en est venue à signifier le royaume entièrement géorgien qui a vu le jour avec l'unification politique de Kartli/Iberia et Apkhazeti sous Bagrat III en 1008. Cependant, ce n'est qu'au début du 13e siècle que le terme est pleinement entré dans l'usage officiel régulier. [7]

Le souvenir et le rêve d'une Géorgie unie – Sakartvelo – ont persisté même après la catastrophe politique du XVe siècle lorsque le royaume de Géorgie s'est effondré pour former trois royaumes distincts : Kartli, Kakheti et Imereti, et cinq principautés : Samtskhe-Saatabago, Mingrelia , Guria, Svaneti et Abkhazie. Ainsi, les derniers rois n'ont pas renoncé aux titres des monarques entièrement géorgiens dont ils prétendaient être les successeurs légitimes. L'idée de l'unité de toute la Géorgie a également dominé l'écriture de l'histoire du savant géorgien du début du XVIIIe siècle et membre de la famille royale, le prince Vakhushti, dont Description du Royaume de Géorgie (agtsera sameposa sakartvelosa) a eu une influence notable sur la conception moderne de Sakartvelo. Bien que la Géorgie ait été politiquement divisée entre des royaumes et des principautés concurrents du vivant de Vakhushti, l'érudit considérait le passé et le présent de ces régimes séparatistes comme faisant partie de l'histoire d'une seule nation. [7]

La Géorgie est tombée sous la domination successive ottomane, iranienne (safavide, afsharids, qajars) et russe du XVe au XIXe siècle. Elle a été réunifiée sous le nom de République démocratique de Géorgie (საქართველოს დემოკრატიული რესპუბლიკა) sakartvelos demokratiuli respublika) le 26 mai 1918, transformée en République socialiste soviétique de Géorgie (საქართველოს საბჭოთა სოციალისტური რესპუბლიკა sakartvelos sabchota socialisturi respublika) en 1921, et a finalement obtenu son indépendance sous le nom de République de Géorgie (საქართველოს რესპუბლიკა sakartvelos respublika) le 14 novembre 1990. Selon la constitution de 1995, le nom officiel de la nation est საქართველო sakartvelo. [9]


Les références

  1. ^ uneb Rapp, Stephen H. (2003), Études sur l'historiographie médiévale géorgienne : textes anciens et contextes eurasiens, p. 320. Éditeurs Peeters, ISBN 90-429-1318-5
  2. ^ unebceToumanoff, Cyril (1963). Études sur l'histoire chrétienne du Caucase, p. 368-9. Presse de l'Université de Georgetown.
  3. ^ uneb Rapp (2003), passim.
  4. ^ uneb Machitadze, Archiprêtre Zakaria (2006), "Le Saint Roi Vakhtang Gorgasali (†502)", dans La vie des saints géorgiens. Pravoslavie.Ru. Consulté le 19 avril 2009.
  5. ^ uneb Thomson, Robert W. (1996), Réécrire l'histoire du Caucase, p. 156. Oxford University Press, ISBN 0-19-826373-2
  6. ^Gamkrelidze, Tamaz Ivanov, Vyacheslav Vsevolodovich Winter, Werner (traduit par Nichols, Johanna 1995), Indo-européen et les Indo-européens : une reconstruction et une analyse historique d'une proto-langue et d'une proto-culture, p. 416. M. de Gruyter, ISBN 3-11-009646-3
  7. ^ Greatrex, Geoffrey (1998), Rome et la Perse en guerre, 502-532, p. 129. Francis Cairns, ISBN 0-905205-93-6
  8. ^ unebc (russe) . Лордкипанидзе, Д. Мусхелишвили (Ред., 1988), Очерки истории Грузии. .2 : рузия IV-X еках. АН ГССР, Ин-т ист., археол. и этнографии - . : Мецниереба: Тип. ГССР.
  9. ^ unebSuny, Ronald Grigor (1994), La fabrication de la nation géorgienne, p. 23-25. Indiana University Press, ISBN 0-253-20915-3
  10. ^ Procope rapporte que le roi ibérique Gurgènes a fait défection aux Romains à un moment donné pendant le règne de Justin Ier, mais a été vaincu par les Iraniens et contraint de fuir vers le territoire romain (Cloche. pern. 1.12.)
  11. ^ Martindale, John Robert (1992), La prosopographie du Bas-Empire romain, p. 1109. Cambridge University Press, ISBN 0-521-07233-6
  12. ^ (russe) Tsulaia, G. V. (traduction, 1986), Джуаншер Джуаншериани. «Жизнь Вахтанга Горгасала» (Juansher Juansheriani. «La vie de Vakhtang Gorgasali»). Tbilissi : Metsniereba. Version en ligne, numérisée par Тhietmar. 2002. Vostlit.Info. Consulté le 22 avril 2009
  13. ^ Constantine B. Lerner, "La 'rivière du Paradis' et la légende de la ville de Tbilissi : une source littéraire de la légende," Folklore 16 (novembre 2001) : 72-77
  14. ^Décorations d'État. Site Web du président de la Géorgie. Consulté le 22 avril 2009
Wikimedia Commons a des médias liés à : Vakhtang Gorgasali
Précédé par
Mithridate V
Roi d'Ibérie
447–522
Réussi par
Dachi

Cette entrée provient de Wikipedia, la principale encyclopédie fournie par les utilisateurs. Il n'a peut-être pas été révisé par des éditeurs professionnels (voir l'avertissement complet)


Iv.Javakhishvili INSTITUT D'HISTOIRE. ET ETHNO.

Dédié au 900e anniversaire de la fondation
du monastère de Gelati

MANANA KHIDASHELI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

SYMBOLISME DE LA COULEUR DANS LES ANCIENNES CULTURES AGRICOLES DU PROCHE-ORIENT
Sommaire
L'esprit primitif d'un homme archaïque percevait le monde autour de lui comme
environnement indivisible et animé, où le sens de tout
phénomène était caché derrière de nombreux symboles.
La couleur avait aussi une signification symbolique. Les plus significatifs étaient le rouge,
couleurs noir et blanc.
Le rouge était un symbole de vie, il était donc associé à la vie. Mais rouge
était aussi la couleur du sang. Par conséquent, il était également lié à
mort, en raison de laquelle il était activement utilisé dans les rituels funéraires.
Le blanc, en tant que couleur archétypale, était le signe universel de la pureté. Ce
était lié au « centre

de l'âme et a été interprété comme un symbole
de la mort aussi. Le blanc dénotait l'inaccessibilité temporaire de l'homme,
son ouverture et sa disponibilité à entrer en contact avec le sacré. blanche
était associé à la Lune et à la féminité, et dénotait le passif
aspect de la création.
Le noir pouvait représenter à la fois le plein et le vide absolu. Le noir
signifiait le chaos, la mort. Il était lié au monde des enfers et à ses
pouvoirs. Il dénotait l'obscurité et la possibilité d'émergence de nouvelles
la vie dans les ténèbres.

MANANA KHVEDELIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

EXISTE-T-IL UN MYTHE SUR LE PHARAON DANS L'EGYPTE ANTIQUE ?
Sommaire
L'auteur suggère que dans l'Egypte ancienne il existait des mythes
textes, justifiant la nature divine d'un pharaon. La proposition est
sur la base de l'analyse parallèle des textes de la soi-disant
"partie politique

et les extraits avec
même contenu des « textes de la pyramide »

. Les données des textes sont
à la lumière d'événements historiques réels, qui semblent avoir
eu lieu dans les périodes pré-dynastiques et au début de la dynastie égyptienne
l'histoire.

NINO CHAREKISHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

POUR LA DATE DU CONTRAT CONCLU ENTRE IŠMERIKA-HITTITES
ARNUWANDA I OU ARNUWANDA II

Sommaire
Parmi les nombreuses unités politiques de la périphérie orientale hittite
Išmerika se distingue. Pour la première fois Išmerika – l'un des
les syndicats politiques les plus importants de la périphérie orientale hittite - est
étudié par nous exprès. Son enquête éclaire l'histoire de
royaume hittite moyen et les questions des Hittites orientaux
périphéries liées au Caucase du Sud.
Sur la base de la traduction du contrat Išmerika en géorgien et
grâce à ses analyses, nous avons discuté de l'histoire de l'empire du milieu hittites
et présenté d'une manière nouvelle les questions contestables de cette période
dans l'histoire des Hittites.
Dans notre article, nous avons particulièrement abordé les questions contestables liées
avec le contrat de datation : le préambule du texte nomme roi
Arnuwanda, qui avait conclu ce contrat. Était-il Arnuwanda I, qui
régna avant Suphiluliuma I ou était-il Arnuwanda II - le fils de
Suphiluliuma I ?
Sur la base de l'histoire hittite et des analyses des sources écrites,
nous avons fait les conclusions suivantes : 1) Arnuwanda I a régné plus longtemps que
Arnuwanda II 2) Arnuwanda I a passé tout son règne dans l'armée
opérations, on ne peut pas en dire autant d'Arnuwanda II 3)
Suphiluliuma ne nomme pas dans ses Annales Arnuwanda II. Si le fait ou
des faits comme ceux-ci avaient lieu, il les a mentionnés 4) Le
des sources confirment, que la périphérie orientale devient active dans la période
d'Arnuwanda I règne 5) Arnuwanda, qui a conclu le contrat, a obtenu un
épouse et un fils 6) Arnuwanda II est décédé sans héritier et plus jeune que le
fils d'Arnuwanda I. Les sources ne mentionnent pas non plus son épouse.
C'est pourquoi nous pensons qu'Ašmišaruma - le fils d'Arnuwanda - ne pouvait pas
être le fils d'Arnuwanda II. En conséquence, il est considéré comme le fils
d'Arnuwanda I.
Nous nous sommes efforcés d'appuyer notre considération selon laquelle les militaires
opérations dans le sud-est de l'Anatolie sont liées au nom de
Arnuwanda I et non avec Arnuwanda II, et que le contrat avec
Išmerika a été conclu par lui, avec les arguments et les faits nécessaires.

IRÈNE TATISHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

DIVINITÉ DU ROI HATTUSILI III
Sommaire
Un `méchant

divinité (huwappa- DINGIR) est mentionnée dans le
`Autobiographie

du roi hittite Hattusili III (1260 -1245). je
supposons que l'identification de cette divinité doit être considérée dans le
lumière de l'hypothèse concernant la réforme religieuse de Muwatalli
II, le frère aîné de Hattusili, qui, introduisant le culte de la
Le dieu de la tempête Pihassassi dans le panthéon hittite, a essayé de changer
fondamentalement la structure du panthéon hittite et qui pour
des raisons religieuses, comme Akhenaton, ont transféré la capitale à un nouveau
lieu (à Tarhuntassa). Considérant l'esprit contre-réformateur de
Hattusili, reflété dans les textes recensés dans l'article (CTH 383 #2
I 23-, KUB 21.38, CTH 383 #3 I 13’-15’), je suggère que
Hattusili signifie le dieu-tempête Pihassassi, dieu personnel de Muwatalli,
sous les « méchants

NANA BAKHSOLIANI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

LES BANDES DE PLOMB DE KULULU
Sommaire
Les inscriptions hiéroglyphiques luwiennes exécutées sur des bandes de plomb,
découvert à Kululu, l'ancien territoire de Tabal, daté du
9ème-8ème cc. BC, sont à ce jour les seules sources écrites de la
reconstruction de la vie économique de cette entité politique majeure de
Anatolie antique.
Les bandes de plomb concernent le paiement régulier de l'orge aux personnes
vivant dans diverses `villes

de Tabal.
Une des inscriptions (Kululu II) est consacrée à la description de
offrandes aux statues de divinités. Les informations concernant le
l'histoire de l'élevage de bétail à Tabal est également d'un intérêt particulier.
Enfin, les bandes de plomb étudiées contiennent un riche matériel onomastique,
inconnu auparavant (noms de `villes

, individus), l'analyse de
ce qui facilite grandement la caractérisation complète de l'ethno-
processus culturels qui se déroulent dans cette grande région de l'Anatolie au
premier millénaire avant JC.

NATIA PHIPHIA
Université d'État Ivane Javakhishvili de Tbilissi

SUR L'ETHNICITE DE CERTAINES TRIBUS (HENIOKHIS, SANIGS) HABITANT LE
TERRITOIRE DE LA GÉORGIE OUEST ET SUD-OUEST
Sommaire

Il existe de nombreuses opinions sur l'appartenance ethnique des Heniokhi
tribus dans l'historiographie. Certains historiens considèrent qu'ils sont
Tribus Kartvelian les reliant avec les Iganiekhi d'Urartian
sources. Certains d'entre eux relient Heniokhis à Chans, d'autres à Svani
tribu. Certains autres historiens pensent que Heniokhi est lié à
tribus abkhazes. Des sources grecques anciennes suggèrent qu'au II
siècle Sanings habitait le territoire, appartenant auparavant au nord
`Heniokhi

. Cette considération semble très logique car ils sont
ethniquement connecté. Heniokhi est le même que Saniokhi et Sanikhi.
Par ailleurs, les Sanigs sont les successeurs ethno-politiques de Heniokhi dans le
nord aux Ier et IIe siècles, et Makron-Sans et Heniokhi ont établi
l'état-uni dans le sud. Certains scientifiques pensent que « poule


sont les mêmes formes, mais ils relient généralement cela avec le Kartvelian
aire linguistique. Cependant, lorsque le terme grec commence par `spiritus
asper

, il doit être lié au grec ancien. `Spiritus asper


apparaît lorsqu'un phonème est perdu. Habituellement, c'est  phonème (digamma),
mais dans certains cas, il pourrait apparaître après la perte de `s

est
enregistré dans des sources grecques très anciennes comme `Saniokhi

a dérivé de `Saniokhi

.
L'hypothèse de la connexion de Sanigs avec Sadzi, qui est très populaire
dans l'historiographie abkhaze, repose exclusivement sur le
similitude phonétique et de plus, ces tribus ne doivent pas être connectées
en raison de la grande distance chronologique qui les sépare. Phonétiquement
`Sanigi

est plus lié à la forme `Sani/Chani

.
Donc, à notre avis, Sanigs, comme les Heniokhi sont les Géorgiens de l'Ouest,
c'est-à-dire les tribus colchiennes.

ZURAB KIKNADZE
Université d'État Ivane Javakhishvili de Tbilissi

TYPOLOGIE DE LA LÉGITIMATION DU POUVOIR ROYAL
ET LA 'VIE DE PARNAVAZ

Sommaire
Tout pouvoir, quels que soient son type et son origine, est naturellement
besoin de légitimation, justification faisant autorité face à sa
propre peuple et le monde extérieur - même face à son propre
jugement. L'auteur concentre son attention sur l'institution de la royauté
– une des formes de pouvoir les plus répandues – être en mesure de
suivre son origine et son fonctionnement dans différentes civilisations et
cultures du monde antique. Les textes de légitimation contiennent
réalités d'ordre idéologique (religieux et mythologique), dont
la qualité et le caractère sont déterminés par le niveau culturel d'un
société. L'intrigue du récit historique sur Parnavaz (`La vie
de Parnavaz

), le fondateur de la première dynastie royale en Géorgie,
sert de texte de base de l'étude, à savoir. le `rêve de Parnavaz


qui contient tout un complexe de mythologèmes et de symboles connectés
avec la conception de l'origine et de la source du pouvoir royal (comme
`rosée du soleil

, la chasse royale, la découverte de trésor et etc.).

LELA PATARIDZE
Institut d'histoire et d'ethnologie Ivane Javakhishvili

MIRIAN ET SA REINE : ASPECT IDÉOLOGIQUE
Sommaire
Il n'est guère douteux que l'ordre social ne repose pas simplement sur
utilisant la force et des moyens obligatoires et que la classe dirigeante gouverne
principalement en obtenant un consentement social basé sur des idées partagées sur l'origine
et la légitimité du pouvoir. Il est donc impossible de représenter plus ou
tableau historique moins complet sans compréhension des
idées et concepts. De nombreuses questions se posent concernant l'antiquité et
début de l'histoire médiévale de la Géorgie, dont l'une peut ressembler à ceci :
était l'idéologie royale comme en Géorgie avant la dynastie Bagrationi
émergé, dont les représentants se prétendaient les descendants de la
Le roi biblique David ? L'étude de la question est pertinente pour s'appuyer sur
`Kartlis Tskhovreba

(`Histoire du royaume de Kartly

). Nous considérons que
la revendication ci-dessus était la tradition historique continue
entretenus par les cercles dirigeants, qui préservaient les idées et
intérêts idéologiques de ces derniers.
« La vie du roi Mirian

fait partie de `Kartlis Tzkhovreba

– un
récit du règne du premier roi chrétien – Mirian, qui à
le même temps est représenté ici comme le fondateur de `Khosroiani


dynastie (Sasanide) en Géorgie. Selon la tradition, ce qui précède-
dynastie mentionnée a occupé le trône géorgien de la seconde moitié du
troisième siècle jusqu'à l'époque Bagrationi, qui est venu à la règle à la
seconde moitié du VIe siècle. Presque tous les descendants de
Mirian, comme les parties suivantes de `Kartlis Tskhovreba

raconter,
se vantait d'une telle origine et la considérait comme une source de légitimité pour
leur règne. Il semble logique de conclure que la version originale
de `La vie du roi Mirian

peut-être contemporain du règne de
la dynastie en Géorgie car le texte a une fonction idéologique. Les
Le point de vue présenté ci-dessus est prouvé par les concepts et les idées de
'La Vie

caractéristique de la politique, de l'idéologie et de la
structure de sa cour dans l'empire perse.
Mais l'idée de légitimité dépassait les prétentions dynastiques. roi
avait besoin de plus de fonctionnalités pour atteindre la fidélité de son environnement. Les
récit sur la conversion de Mirian au christianisme doit être
interprétée comme une sacralisation de la figure politique du roi dans le contexte
de la nouvelle religion. « La vie du roi Mirian

déclare que
Mirian pour les Géorgiens était « le roi le plus aimé, parce que…

la langue persane et "le géorgien appris

,( 2) bien traité
prêtres idolâtres et (3)

Pharnavaz (le premier Géorgien
tombe du roi). Tous ces récits parlent de l'adhésion de Mirian
aux valeurs culturelles et historiques de « tous les Géorgiens

. Alors le
l'identité culturelle et l'appartenance dynastique étaient les plus
aspects importants de la légitimité du roi.

DAVID MERKVILADZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

LE DÉBUT DE LA CONSTRUCTION DE L'ÉGLISE
DANS LES MONASTÈRES ZEDAZENI ET SHIOMGVIME
Sommaire
La première église du monastère de Zedazeni a été construite après la mort de
son fondateur, saint Ioane Zedazneli, qui avait choisi des activités ascétiques.
L'église aurait dû être construite dans les années 560-570 immédiatement après
la réinhumation de saint Jean sur le mont Zedazeni, à la place de son
l'héroïsme spirituel, selon la dernière volonté de Saint.
Au VIIIe siècle, la nouvelle basilique à trois nefs fut érigée par
katholikos de Georgia Clement. En conséquence, l'ancienne église après
modification insignifiante a été inclus dans la basilique comme son nord
nef.
La plus ancienne église de Shiomgvime est l'église à coupole croisée de Saint-Jean
le Baptiste. Il a été érigé par Saint Shio, fondateur du monastère,
pour la liturgie commune après avoir augmenté le nombre de moines dans
cloître. Sur la base d'une source hagiographique et d'une analyse architecturale, le
la construction du temple peut être datée du milieu du VIe
siècle.
C'est la seule église de la période donnée dans le monastère de Shiomgvime.
Informations plus précises sur la construction de l'église dans le monastère
donne le court texte de la `Vie de Saint Shio

. D'après elle,
trois églises ont été construites par St. Shio en même temps.

VAKHTANG GOILADZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

POURQUOI ERISMTAVARI DE KARTLI STEPHANOZ II ET SON
LA FAMILLE A DÉMÉNAGÉ À EGRISI?
Sommaire
Il existe des récits fragmentaires et divers dans l'ancien géorgien
sources écrites sur Erismtavars de Kartli au VI – VIII
des siècles. Un tel caractère des sources est associé à l'existence
de deux dynasties d'Erismtavres à Kartli - Parnavazians et
Bagrations en 682/685. En conséquence, l'un des anciens géorgiens
auteurs, celui qui avait continué l'histoire de Juansher et compilateur de
`Matiane Kartlisa

, nous a donné des récits sur les Parnavaziens. Un autre -
Sumbat Davitis-dze ne nous a raconté que la dynastie des Bagrations.
D'après ce dernier, depuis le milieu du VIe siècle Kartli
était gouverné uniquement par les Bagrations.
A la fin des années 1970, Stephanoz II Parnavaziani a été identifié avec
Stephanoz III Bagrationi (A. Bogveradze, M. Sanadze, D. Muskhelishvili
et al.). En conséquence, le point de vue de Sumbat Davitisdze était
déclarée comme une réalité historique et cette opinion a été introduite dans
manuels des universités.
Ce qui suit est établi dans le document présenté : depuis 628, le
Les Erismtavaris de Kartli étaient des Parnavaziens. Vers 682/685 Nerse I,
représentant de la dynastie Bagrationis, a pris le trône d'Erismtavari avec
soutien des Byzantins. Erismtavari Stephanoz II a été contraint de déménager
à Egrisi avec sa famille et il y mourut. Son fils cadet Archil
reçu le droit de gouverner Egrisi de l'empereur byzantin Lev III
Isavrien en 719. En 731 Archil retourna à Kartli et reçut
Kakheti au lieu d'Egrisi de Stephanoz III. Depuis ce temps
Stephanoz III a adopté le titre `Seigneur d'Eristavt-Erismtavis de
Géorgiens et Mengréliens. Ce fait se reflète dans un lapidaire
inscription faite en sa mémoire après sa mort en 739.

ELDAR MAMISTVALISHVILI
Université d'État de Gori
GIORGI-PROKHORE OU GIORGI ET PROKHORE ?
(À PARTIR DE L'HISTOIRE DU MONASTÈRE SAINTE-CROIX À JÉRUSALEM)

Sommaire
Selon l'historiographie géorgienne, il est connu que le monastère de Jvari
a été fondée au 11ème siècle par la figure de l'église shavshetian Giorgi-
Prokhore. L'étude des sources historiques m'a assuré qu'une personne
qui avait le double nom Giorgi-Prokhore n'a jamais existé. Il y avait du remorquage
personnalités de l'église : Giorgi et Prokhore qui ont travaillé ensemble dans le
monastère. Ils se succédèrent comme prieurs du monastère.
Le point de vue peut être prouvé par les colophons-postscripts de l'Evangile
de Jean et Matthieu copié en 1038, `Enseignements

par Basile le Grand et
« La vie des pères

copié au monastère de Jvari en 1039-1040
et en 1055.
Il faut mentionner que les colophons ont été publiés par différents
chercheurs à des époques différentes. Il semble que le nom du constructeur
du monastère a été lu différemment. La raison en est peut-être
manuscrit endommagé restauré et rempli par le copiste. Le synaxaire
exemplaires de "La vie de Prokhore

et d'autres sources écrites sont bien
connu. Dans chaque source, cette figure de l'église n'est mentionnée que comme
Prokhore. Le deuxième nom Giorgi n'est pas mentionné dans les inscriptions
du monastère de Jvari : partout, il est mentionné comme Prokhore.

KETEVAN KUTATELADZE
Université d'État Ivane Javakhishvili de Tbilissi

DE L'HISTOIRE DES RELATIONS ARMÉNO-GEORGIENNES
AU DEBUT DU XIIIE SIECLE
Sammarie
La question de l'unité confessionnelle est importante mais
contradictoire dans l'histoire des relations politiques arméno-géorgiennes.
Malgré de nombreuses tentatives, discussions et organisation de l'église
réunions, l'unité sur ce sujet entre deux peuples n'a pas pris
endroit. Dans la première moitié du XIIe siècle, lorsque David le Bâtisseur
joint au royaume géorgien un nombré de communautés arméniennes là-bas
a été mis à l'ordre du jour la criation de l'union confessionnelle avec
la société arménienne, mais les conciles d'église tenus à cette occasion étaient un
échec.
La question de l'unité confessionnelle arméno-géorgienne a été soulevée
à nouveau au début du XIIIe siècle. Dans près de 1204 il y avait
a tenu une réunion d'église en Géorgie, où a été discutée la question de
vérité du sacrement, de l'eucharistie par les rites géorgien et arménien. Comme un
résultat de cette rencontre Ivane Mkhargrdzeli, qui était un adhérent
à la religion arménienne", a adopté l'orthodoxie. La vérité de l'orthodoxie était
reconnu par son frère aîné Zakharia, mais publiquement il ne pouvait
refuser la monophisité, car il ne voulait pas gâcher ses attentions
avec la société arménienne. Bien que Zakharia lui-même ait essayé d'inculquer le
Dogmes orthodoxes dans l'église arménienne et introduire dans la pratique de l'armée
d'utiliser un soi-disant autel mobile ", il a rencontré une terrible résistance
du clergé arménien aux conciles ecclésiastiques tenus par son ordre
dans Lore (1205) et Anis(1207). Aux conseils d'Anis Mkhitar Goshi,
Le confesseur de Zakharia a tenu un discours, d'où l'on a vu que
derrière tout cela se tenait la cour géorgienne.

ALEKSANDRE TVARADZE
Institut d'histoire et d'ethnologie Ivane Javakhishvili

LORE GEOGRAPHIQUE AU MOYEN AGE :
L'OUEST LATINE ET L'EST CHRÉTIEN

Cet article passe en revue les traditions géographiques de l'Occident latin et
L'Orient chrétien au Moyen Âge. J'ai fait une petite enquête sur
sources géographiques, cartographiques et littéraires de l'Occident latin
matériaux.Je me réfère essentiellement aux monuments géorgiens et byzantins de
la matière chrétienne orientale : le traité de géographie, qui est
conservé dans le manuscrit de la reine Mariam de « Kartlis Tskhovreba » (« La
Life of Georgia“) et le World Journey d'Ephraim from Iberia, le
compte sur lequel est conservé par George Sprantzes, un byzantin
auteur. Ces documents donnent des informations riches et vitales sur les
la tradition géographique existante dans l'Orient chrétien médiéval.

Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

L'ICNE GÉORGIENNE DANS LE MONASTÈRE DE PETRITSON ET SA SIGNIFICATION POUR
L'HISTOIRE DE LA GÉORGIE
Sommaire
L'inscription sur l'icône Petritsoni (Bachkovo de nos jours, Bulgarie)
de la Mère de Dieu (`Hodegetria

type d'icône) est analysé dans le
article.
Texte d'une ancienne inscription géorgienne avec la transcription précise en
le nouvel alphabet géorgien est présenté (Abréviations et manquants
les mots sont restaurés).
D'après l'inscription, l'icône était ornée de ciselures par
don des frères Atanase et Okropir Egnatashvili de
Monastère de Petritsoni. Les frères sont originaires de l'histoire
province géorgienne Tao. C'étaient sans aucun doute des historiens-chroniqueurs.
Avec une précision absolue dans quatre systèmes chronologiques, ils ont
indiqué la date de création de l'Icône (1311), ont mentionné la
Empereur byzantin de cette époque et ses co-gouverneurs (Andronicus le
2, Michel 9 et Andronic 3) et aussi les rois de
Géorgie occidentale et orientale (Konstantine, fils de David Narin et
le roi inconnu de la Géorgie orientale – Demetre).
L'auteur a établi que Demetre Bagrationi a mentionné dans le
inscription est le petit-fils de Dimitry II (1270-1289), l'Auto-
Dévoué, et fils du roi géorgien de Géorgie orientale Vakhtang le
3ème. Selon l'historien géorgien anonyme du 14e
siècle, après la mort de Vakhtang III, son fils Demetre fut
possédant Dmanisi – le centre stratégique et commercial sud de la Géorgie.
L'auteur juge déraisonnables tous les points indiqués précédemment que Demetre
était le co-gouverneur du roi de Géorgie occidentale Konstantin (comme il est
savait qu'il n'avait pas de successeurs) et qu'il était le soi-disant « roi de
Province

, de Dmanisi en particulier. Dans ce cas, il ne serait pas
mentionné dans le lointain Petritsoni avec le roi de l'ouest
Géorgie, Constantin.

TSIALA GHVABERIDZE
Musée national de Géorgie

A PROPOS DE LA CAMPAGNE DES GEORGES A JERUSALEM EN 1527
Sommaire
Des sources écrites géorgiennes rendent compte des campagnes militaires de la
forces armées géorgiennes unies pour s'emparer de la Terre Sainte (XVIe siècle).
Outre les récits des historiens géorgiens, il y a aussi
légendes narratives concernant cette campagne, ainsi que différentes
points de vue sur la fiabilité du fait.
De nos jours, de nombreuses questions discutables ont été définies plus précisément par
moyen de nouveau matériel.
Après avoir étudié et analysé les sources historiques, les monuments épigraphiques
et les récits conservés par la tradition orale (en se concentrant sur cette dernière) I
est venu à la conclusion, que les rois géorgiens (Giorgi IX – roi de
Kartli, Bagrat – roi d'Imereti, Levan – roi de la Kakheti) et
atabag de Samtskhe Kvarkvare a fait campagne à Jérusalem en 1527.

PAPOUNE GABISONIE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

POUR LA QUESTION DE L'ETABLISSEMENT DE L'EPISCOPACIE GELATI
Sommaire
Dans la première partie du XVIe siècle, l'importante réforme de l'église
a eu lieu dans le royaume d'Imereti, en Géorgie occidentale. Avec le
décision du roi d'Imereti Bagrat III (1510_1565) et du
katholikos de Géorgie occidentale Malakia Abashidze les chaires de l'épiscopat
de Gelati et Khoni ont été établis. Et la grande partie de kutaisi
L'éparchie leur fut donnée.
Selon les sources historiques, cet événement est daté de deux manières en
1519 et en 1529, et il provoque des idées différentes entre les
historiens.
Selon le document daté de 1527, il y avait encore un monastère
à Gelati et l'épiscopat n'a pas été établi. Donc l'année 1529 est
considérée comme la date d'établissement de la chaire de l'épiscopat de Gelati.
Former de nouvelles éparchies était la principale réforme du roi d'Imereti
Bagrat III. Avec elle, le roi a gagné de nouveaux alliés dans la lutte avec
ennemis extérieurs et intérieurs. Melkisedek Sakvarelidze a été le premier
évêque de Gelati.
La moitié d'Argveti et d'Okriba (territoire occidental de la rivière
rioni à l'Est de la rivière Choloburi) a été donné à Gelaty
éparchie. La frontière sud de l'éparchie était la rivière Kvirila, et
Au nord, l'anneau de montagne de Racha et Lechkhumi.

LADO MIRIANASHVILI
Fonds de la science `Udabno

MARTYRE DE TYPE INCONNU POUR LES RELIQUES DES MOINES DU DÉSERT DAVID-GAREJI
ABATTU LA NUIT DE PÂQUES
(POUR ÉTABLIR UNE FONCTION RÉELLE D'UNE CONSTRUCTION CONNUE
COMME L'ÉGLISE DU PROPHÈTE ÉLIE)

Le martyre des moines du désert David-Gareji abattus la nuit de Pâques a été
identifié à l'extrémité est du monastère d'Udabno

basé sur l'étude de la source
analyse d'un ouvrage hagiographique et de plusieurs récits historiques. Avant
à notre découverte, l'église des Quarante Martyrs à l'extrémité ouest du
même monastère était considéré comme un ossuaire pour les reliques de
les saints martyrs immédiatement après leur exhumation. Le nouvellement
Le martyrium découvert est une chapelle de petite taille. Il manque une porte. Les
le mur ouest de la chapelle était ouvert sur toute sa largeur, l'ouverture commençant
à une hauteur de 0,7 m du niveau du sol. Os des martyrs
recouvrait probablement tout le sol de la chapelle. Le martyrium de cette
le type antérieur était inconnu en Géorgie.
D'après les travaux hagiographiques qui nous ont aidés à
localisant le martyrium, ce dernier a été construit sur ordre du roi
Alexandre II (1574-1605). Le martyre ne peut donc être lié
avec l'invasion de Shah Abbas I de Perse en 1615-16 comme considéré
plus tôt. Sur la base de l'analyse des actes et des graffitis médiévaux, nous
suggérer la nouvelle date du martyre – 1603.

ELDAR BUBULASHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

À PROPOS DU PROBLÈME À LAQUELLE LA GÉORGIE EST TOMBE
LOT DE SAINT THÉOTOKOS
Sommaire
Selon les anciennes sources géorgiennes et la Tradition de l'Église comme
ainsi que des documents étrangers plus récents, la Géorgie est sous
protection de la mère de Dieu puisqu'il lui appartient de
y prêcher. Certains documents, comme la version de Leonti Mroveli du
histoire incluse dans la `Chronique de Kartli

, deux rédactions du
vie de saint Nino à Synaxarion (l'un est daté du 9ème siècle et un autre –
14e) et la vie du Saint-Père Hilarion de Géorgie (première moitié du
le 9e s.) présentent un intérêt particulier à ce sujet.
Parmi les documents étrangers, on note ceux de Grèce et de Russie.
Etienne du Mont Athos est considéré comme un auteur du document grec. Nous
supposons que la source de l'histoire qui a été trouvée dans son travail sur
La Géorgie étant sous la protection spéciale de la Sainte Théotokos, a été l'oral
tradition conservée par les moines géorgiens du monastère d'Iveron sur le mont
Athos. Les ecclésiastiques russes ont également appris le sujet du même
la source. Ils considéraient l'œuvre d'Etienne du Mont Athos comme si importante
qui l'a traduit puis publié sous le titre de 'Rai
Mislenni

en 1659. Par ailleurs, une importance particulière a été accordée à cette
sujet dans les livres liturgiques russes également. Les érudits sont venus à un
accord que non seulement `Iveria

mais `Moscou et son pays du Nord


est également sous la protection spéciale de Holy Theotokos et de son icône.
C'était la raison pour laquelle des copies de l'Iveron Icon of Holy Theotokos


de Géorgie et du mont Athos étaient également populaires en Russie. De nombreux
des églises et des monastères leur étaient dédiés en Russie.
Le point principal du travail présenté est qu'étant sous
la protection de la Sainte Théotokos ne fait pas de la Géorgie une sorte de
supériorité ou privilège. Tout au long des siècles, les Géorgiens étaient bien
conscients de leur responsabilité et ont toujours essayé de valoir
d'une telle protection en se fortifiant dans la foi et en sacrifiant
eux-mêmes pour cela.

NIKO JAVAKHISHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

DE L'HISTOIRE DE LA COLLABORATION MILITAIRE DE LA GÉORGIE ET
NATIONS DU NORD CAUCASIEN (18E S.)

Collaboration militaire des Géorgiens et du Caucase du Nord
les nations remontent aux temps anciens.
Les rois géorgiens ont compris l'importance de l'entretien et de la
promotion de liens étroits avec les peuples du Caucase du Nord. Ils étaient
considérés comme des alliés forts et fidèles pour soutenir le courageux Géorgien
soldats.
Le XVIIIe siècle est marqué par la collaboration militaire entre
les Géorgiens et les nations du Caucase du Nord, à savoir – les Adigiens
(Tcherkesses et Kabar¬di¬ans), Vainakhs (Tchécènes et Ingouchis),
Ossètes, Daghestaniens, Nogaï et Kalmiks.
Cette alliance militaire a fait du bon travail pour l'hégémonie de
Royaumes de Kartli et de Kakheti (Géorgie orientale) sur l'est
Transcaucase.

LUTTE DES GEORGES SAMTSKHE-JAVAKHETI POUR L'IDENTITE DANS LA PERIODE,
QUAND MESKHETI A ÉTÉ INTÉGRÉE EN TURQUIE ET ​​EN RUSSIE.
Sommaire
Après l'incorporation (16e-17e cc.) de la Géorgie du Sud
(Meskheti) en Turquie, les envahisseurs ont réussi à islamiser les gens en
moyens de répression et leviers économiques. Malgré cela, une partie de
la population protégeait avec altruisme le christianisme et la nationalité.
Les religieux géorgiens avaient souvent été punis pour avoir prêché le christianisme
et le maintien de l'identité.
Après l'annexion de Samtskhe-Javakheti par l'Empire russe, la Russie
l'administration s'est battue contre les Géorgiens et a accompli le processus de
l'assimilation des Géorgiens de cette région. Une certaine partie de
Les habitants de Meskheti se sont opposés à cet événement et ont commencé à
lutter pour conserver leur identité. Malgré le turc et
Occupation russe de Meskheti, Géorgiens Samtskhe-Javakheti
n'a jamais cessé de se battre pour l'identité qui indiquait la
réanimation du gène géorgien.

MZIA TKAVASHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

MIGRATION DES CAUCASIENS DU NORD-OUEST VERS LA TURQUIE (1858-1865)
ET GRIGOL ORBELIANI
Sommaire
Après la conquête de la Tchétchénie-Daghestan par la Russie (1859),
l'annexion du nord-ouest du Caucase est restée la tâche principale du
Empire. Afin de terminer la guerre et de maintenir la paix dans le
Caucase, les autorités russes ont décidé de réinstaller les Caucasiens de
montagnes à la plaine et d'installer des Cosaques à leur place. russe
l'administration du Caucase a commencé à mettre en œuvre le plan. En raison de
diminution des terres, les montagnards locaux ont été contraints de quitter leur
mère patrie. Ils ont émigré en Turquie. Ce processus est appelé
`Muhajiroba

(1858-1865). Il se déroulait pendant la
gouverneur de Bariatinsky, qui a soutenu le processus. En 1861
Bariatinsky est convoqué à Pétersbourg. Général Grigol Orbeliani
temporairement remplacé par Briatinski. Il s'est avéré qu'il était le
seul fonctionnaire qui a envisagé la réinstallation des Caucasiens
inacceptable. Il s'opposa à l'exécuteur de cette politique, le chef de la
l'armée du Kouban, Evdokimov, même s'il savait bien que le processus était
géré par la Cour royale de Russie. Orbeliani a deviné qu'il
n'a pas pu arrêter la migration et a tenté de ralentir son rythme. En ordre
pour atteindre cet objectif, il a affirmé que le processus devait être
abandonné pour avoir entretenu de bonnes relations avec la Turquie. Orbeliani fait
l'accent sur la possibilité de perdre l'autorité internationale de la Russie
bien.
Grigol Orbeliani était contre les actions forcées envers les Caucasiens et
considérait que la Russie devait leur accorder des terres et leur fournir des
conditions de vie. Nous citons ici les propos d'Orbeliani sur ses opinions
concernant les Caucasiens : « Je ne suis pas le confesseur, mais le successeur
préoccupé par les gens. Je n'ai qu'une seule façon d'aider les gens - de
montre-leur de la miséricorde. La vérité et la justice sont associées à cette dernière.


Grigol Orbeliani a occupé le poste jusqu'en 1862. Depuis 1862, le prince Mikhail
Nikolozovich lui a succédé. Le processus d'immigration s'est poursuivi.
`Muhajiroba

était un phénomène tragique dans l'histoire du Caucase
nations : la plupart d'entre eux sont morts dans le pays étranger.

DODO CHUMBURIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

DIVERSITÉ DÉMOGRAPHIQUE RUSSE CONTRE LA GÉORGIE
AUX XIXE ET XXE SIÈCLES

Sommaire
Aux XIXe et XXe siècles, la politique démographique de la Russie envers
La Géorgie était agressive car elle sapait les fondements du pays et
a abrogé la tradition locale de cohabitation avec des représentants de
différentes nations : la population autochtone a été réinstallée et différente
les groupes ethniques étaient des tendances établies de manière compacte vers le séparatisme
ont été encouragés. La démarche se poursuit jusqu'à présent. Certains groupes de
La Russie a planifié et réalisé des projets anti-démographiques
vis-à-vis de la Géorgie, qui peut être considéré comme un facteur défavorable pour
la réhabilitation et l'existence normale de l'État.
Une grande partie des Géorgiens sont morts dans les campagnes militaires de la Russie en
l'Est, dans les guerres mondiales 1 et 2, ainsi que pendant les rébellions
contre le régime instauré par la Russie et les répressions politiques.
Cela a entraîné une grande perte démographique qui est particulièrement
dangereux pour une petite nation comme les Géorgiens, réduisant leur
capacité de régénération. L'analyse des événements historiques révèle que
la politique démographique de la Russie était rigide envers la Géorgie. Les
`Comité des peuples immigrés

a été fondée pour guider le processus de
réinstaller des personnes d'origine ethnique et de religion différentes dans
Géorgie. L'État a accordé une aide économique aux personnes réinstallées
peuple, sans se soucier des paysans géorgiens, qui n'avaient pas les
labourer la terre.
La politique démographique de l'Union soviétique était malveillante envers la Géorgie
également. La Russie encourageait et encourage encore les actions de
régimes séparatistes contre la Géorgie indépendante, tente d'abroger sa
l'intégrité territoriale, de procéder à une nouvelle annexion du pays. Les
peuple géorgien, qui a subi une agression de deux siècles de
Russie, s'efforcer de devenir membre d'organisations internationales, avec
dans le but de résoudre pacifiquement les conflits existants.

GELA SAITIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

UN DOCUMENT D'ARCHIVE IMPORTANT
(ALLOCUTION D'EVGENI GEGECHKORI A LA SESSION DU CONSEIL DU TROISIEME ETAT
LE 12 MARS 1912)

Evgeni Gegechkori (1881-1954) était l'un des leaders du social
Parti démocrate (des mencheviks) en Géorgie et en Transcaucase.
Après le renversement du gouvernement tsariste, il occupe
postes importants : président du commissariat transcaucasien et
Ministre des Affaires étrangères de Géorgie immigrant politique depuis 1921.
En 1907, Gegechkori a été élu au troisième Conseil d'État de
Koutaïssi. Au Conseil, en tant que représentant de l'opposition
Fraction, il a participé activement aux activités d'amélioration
législation.
D'une importance particulière était son discours concernant le Saint-Synode
problème. Le discours n'a pas perdu son actualité jusqu'à présent. Compléter
La traduction géorgienne du discours ci-dessus d'E.Gegechkori est présentée.

SHORENA MURUSIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

LÉGATION DU GOUVERNEMENT NATIONAL GEORGIEN A PARIS
Sommaire
Le document traite de l'activité de l'Ambassade de Géorgie
Gouvernement de la République en Europe. Le 25 février 1921, le gouvernement
de France a accrédité l'ambassade d'indépendants actuellement inexistants
Etat. Akaki Chkhenkeli a été nommé plénipotentiaire.
L'Ambassade a dirigé son activité diplomatique dans les autres pays européens
des pays. Le but de la légation était d'aider à restaurer
l'indépendance de la Géorgie. L'ambassade a dû remettre les notes de
protestation et mémorandums aux gouvernements des pays européens.
La légation géorgienne remplissait également la fonction de consulat.
La tâche importante de son activité consistait à présenter la Géorgie et à
diffuser des informations sur son existence. Malheureusement, le
la situation internationale de l'époque s'est avérée défavorable à la
l'activité de la légation du gouvernement national. La France était la seule
pays défendant les intérêts de la Géorgie lors de réunions internationales.
Mais son attitude envers l'ambassade de Géorgie a rapidement changé. En 1933
le pacte de non-agression entre l'Union soviétique et la France a été
signé. Au second semestre de la même année, la légation de Géorgie
a été aboli.

AVTANDIL SONGULASHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

IMMIGRATION ET RAPATRIEMENT GEORGIEN DANS LES ANNEES 1940-1950
Sommaire
Processus de rapatriement des immigrés géorgiens, qui avaient quitté leur
terre natale à différentes époques, intensifié après la Seconde Guerre mondiale a été
fini.
En août 1947, un groupe de 32 Géorgiens vivant en Europe est revenu
en Géorgie. La même année, de nombreuses familles géorgiennes sont revenues de
La France. Il convient de noter qu'en 1948, quelque mille
Les Géorgiens vivaient en France, principalement à Paris. Association de la
Immigrants géorgiens `Saqartvelos Patriotebi

(Les Patriotes de Géorgie)
exerçait ses activités dans la même ville. Il publiait un
revue `Qartuli Saqme

(Affaires géorgiennes).
Des immigrés géorgiens de Chine se sont impliqués dans le rapatriement
processus. En 1948, ils arrivèrent à Tbilissi et demandèrent au gouvernement de
Géorgie de leur accorder la citoyenneté.
La Géorgie a établi des relations avec l'Iran pour promouvoir les contacts avec le
Géorgiens vivant à Fereidan, qui avaient l'intention de se réinstaller en Géorgie.
Le gouvernement de l'Union soviétique à Moscou a érigé des barrières pour bloquer le
processus ci-dessus.

__________________________________________________________________
SHOTA VADACHKORIA
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

L'ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉSIDENTIELLE DE ZVIAD GAMSAKHURDIA À LA LUMIÈRE
DE LA PENSÉE POLITIQUE GÉORGIENNE
Sommaire
La période du soi-disant « triumvirat

et Edouard Chevardnadze'a
règne, qui ont pris le pouvoir en Géorgie en décembre 1991-
janvier 1992, est étudié dans l'article. Il est montré que l'objectif principal
du « triumvirat

était de jeter le discrédit sur Zviad Gamsakhourdia.
Sur la base de documents d'archives et d'autres documents de la période sous
considération, l'auteur est arrivé à la conclusion que
la propagande contre Zviad Gamsakhourdia était régulière et ciblée,
intention de dissimuler ses propres actes criminels à la communauté internationale
communauté, et pour justifier le coup d'État sanglant en Géorgie pendant la
tournant de 1991 à 1992.

LELA SARALIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

L'ORIENTATION EUROPÉENNE DE LA GÉORGIE AU STADE ACTUEL
Sommaire
Il est souligné dans cet ouvrage que la relation de la Géorgie avec
Les pays européens ont une histoire de plusieurs siècles. fonctionnaires géorgiens
toujours essayé d'établir des relations commerciales, économiques et politiques avec
pays européens, pour recevoir l'aide exactement de l'Europe
pays, afin de défendre la Géorgie contre les invasions constantes de
Perse et Turquie. De son côté, l'Europe s'est toujours intéressée à
Géopolitique de la Géorgie.
En mars 1994, après l'accord du « Partenariat pour
Paix

et en avril 1995 après la signature de l'accord de partenariat
et la collaboration avec l'Union européenne, la Géorgie progresse vers
intégration avec l'Union européenne. C'est l'une des principales destinations
de la politique étrangère de la Géorgie. L'article mentionne l'un des théoriciens
du processus d'intégration européenne moderne, le professeur géorgien Mikheil
Muskhelishvili (Muskheli) (1903-1964). En 1948-1964, il était professeur
de la faculté des sciences juridiques et politiques de Strasbourg depuis 1954
–fondateur et secrétaire général de l'Association des universités d'Europe. Il
a été le premier scientifique géorgien à avoir proposé et justifié
l'idée d'unification de l'Europe, sa structuration fédérative, et
la nécessité de défendre les droits de l'homme. Mikheil Muskhelishvili est
enterré à Strasbourg.
En avril 1999, la Géorgie est devenue membre du Conseil européen, après
laquelle il a adhéré à la convention de défense des droits de l'homme et
liberté fondamentale et reconnu la juridiction obligatoire de
Cour de Strasbourg. Les citoyens géorgiens ont eu la possibilité de
utiliser le mécanisme le plus efficace pour défendre les droits de l'homme. La Géorgie a
signé à la fois la Convention et ses Protocoles, à l'exception de
Protocole 1. Le parlement géorgien a ratifié ce dernier en décembre 2001.
La Convention de défense des droits de l'homme est un contrat européen fondamental
qui fut reçu par le Conseil européen du 4 novembre 1950 et devint
valable par huit pays après sa ratification le 3 septembre 1953.
25 ans plus tard, en 1975, presque tous les pays membres de l'Union européenne
le conseil s'est joint à la convention. En entrant dans le conseil européen la Géorgie
pris l'obligation d'adhérer et de ratifier les principaux actes et accords de
Conseil européen au cours d'une année, y compris la convention
la défense des droits de l'homme, sur laquelle le système de l'ensemble du droit européen
est basé.
La Géorgie cherche à s'intégrer à l'Union européenne. En tant qu'ambassadeur de
Conseil européen en Géorgie et en Arménie Per Eklund a déclaré, le
la politique de bon voisinage de l'Europe peut influencer positivement le règlement des
conflits en Géorgie. Le rôle du Conseil européen à ce stade est
dans le cadre des réunions bilatérales. Il finance des réunions de
les représentants des sociétés géorgienne, ossète et abkhaze.
Le Conseil européen a son représentant dans le Caucase du Sud, qui est
prêt à participer à la résolution pacifique des conflits. européen
Parlement avec une résolution spéciale lance un appel au Conseil européen et
Commission européenne à porter la question des conflits gelés et
leur résolution dans l'ordre du jour des prochains sommets entre l'Euro
l'Union et la Russie.
L'Europe a ses valeurs. L'Union européenne est basée sur un marché fonctionnel
économie, valeurs démocratiques et en cas de résolution réussie de la Géorgie
aura une chance historique de devenir le pays membre de
Union européenne. La bienveillance de chaque pays européen est aussi très
important pour la Géorgie.

LIANA BERIASHVILI, GIROGI GOTSIRIDZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

QUELQUES ASPECTS DE LA CULTURE MÉNAGÈRE TRADITIONNELLE DE LA POPULATION DE
KVEMO (INFÉRIEUR) KARTLI
(RÉGION DE GARDABANI)
Sommaire
Gardabani a été un toponyme permanent de la province historique de
la partie sud-est de la Géorgie – Kvemo Kartli, qui a maintenu
importance stratégique considérable tant dans le passé que dans le présent. Ce
était une zone frontalière avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie.
Selon des sources écrites, l'ancien `Gardabani


a d'abord appartenu au héros légendaire Gardabas, ensuite (environ
à partir du XVe siècle) il est tombé dans les possessions de la noblesse
famille des Baratashvilis. Depuis que le territoire a acquis la
nom de `Sabaratiano

.
En raison de la composition de sa population, la région de Gardabani se distingue par
sa large polyethnicité. Depuis le Moyen Âge, surtout depuis
la seconde moitié du XVIe siècle, à l'exception des Géorgiens
vivaient déjà des Azéris, des Aisors, des Grecs, des Arméniens et des représentants de
d'autres groupes ethniques.
Sur la base de données ethnographiques, il est établi que pendant de nombreux
siècles, il ne se produisit pas de changements essentiels dans le domaine de
la culture économique et familiale de cette région. Le traditionnel
Le système agricole géorgien (culture des champs, viticulture et
vinification) et l'élevage bovin a été conservé. Avec
l'agriculture, l'élevage bovin se développe. Les tribus nomades (`Karayaz
tribus

), venus ici d'ailleurs, ont utilisé avec succès les pâturages de
`les hautes terres de Tsalka

. Ils mettent en œuvre des formes d'élevage nomade,
caractéristique d'eux (par exemple l'élevage de moutons).
Selon la division administrative, la région de Gardabani se compose aujourd'hui
de trois parties :
1. Upper – Foothill, le soi-disant `Limitropique

zone, qui est
adjacent aux frontières de Kakheti et Kartli. Villages Norio,
Martkopi, Satskhenisi, où vivent essentiellement des Géorgiens, et où
les traces d'une migration interne multiple historique sont précisément
observés, et monuments uniques d'architecture, matériels et spirituels
la culture est conservée.
2. Interne à travers le canal Mari avec une structure ethnique mixte de
la population.
3. Front – Environs des villages de Tbilissi Tsavkisi, Shindisi,
Tabakhmela, Kojori. Chacun d'eux a son micro-paysage bien façonné
et la structure ethnographique.
Dans le présent article, les questions fondamentales de la culture et de la communauté
la vie de la région de Gardabani sont résumés, et les résultats de
analyse au cours de la période commençant à partir de la seconde moitié du 19e
c. et jusqu'à la fin du 20e s. sont donnés.

NINO MINDADZE
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

VUE FOLKLORIQUE GÉORGIENNE TRADITIONNELLE SUR UN HOMME
(CORPS ET ÂME)
Sommaire
Selon la vision populaire géorgienne, l'homme vivant est l'unité de l'esprit
et chair/corps.
La chair/le corps est matériel, visible, palpable et mortel, tandis que l'âme
est immatériel, invisible, intouchable et immortel.
De l'avis des gens, le corps humain est fait de terre. Aux côtés du
Tradition biblique, un tel point de vue est conditionné par la mythologie antique
sur la création de l'homme à partir de la terre.
Parallèlement à cela, la cognition populaire géorgienne reflète la connaissance
environ quatre éléments du monde (terre, eau, air, feu) comme
composants du corps d'un être humain.
Idées anciennes qu'un homme a plusieurs âmes, y compris celle d'une personne
double âme, sont attestés en Géorgie. Quand une telle âme vient à être dans
l'autre monde, il acquiert à nouveau un corps humain. Il pousse comme un
homme vivant : il a besoin de nourriture, de vêtements, etc.
La vision populaire reflète aussi la trace de la compréhension chrétienne de
âme. A savoir, il accepte l'existence d'un cognitif, ainsi que du
âme vivante/vitale, qui est associée à la respiration.
Ainsi, la vision populaire géorgienne de l'être humain reflète
ainsi que les connaissances médicales officielles chrétiennes et médiévales sur
création de l'homme, de sa chair et de son âme.

VLADIMER ASLANISHVILI
Institut Ivane Javakhishvili
d'histoire et d'ethnologie

POPULATION ANTHROPOLOGIQUE À KVEMO (BAS) KARTLI
(4ÈME MILLÉNAIRE AVANT JÉSUS CHRIST – 18ÈME SIÈCLE A.D.)

Les données anthropologiques de l'époque énéolitique-fin médiévale, trouvées dans
Kvemo Kartli – 302 crânes:145 hommes +123 femmes + 34 enfants – était
analysé. Il est possible de résumer les résultats : il y a quatre races
types – Caucasien du Sud, Euro, Afro et Asiatique. Trois formes de doliho,
méso et brachicranien, avec sous-variations, trois types de crânes
gracieux, normal normal et massif et beaucoup d'autres formes de visages.
On distingue cinq combinaisons de types anthropologiques : Sud
Caucasien (SCPal., PG, Geo, Geoeuro) Front Assian (FAss et FAss
Pal) Euro (Euro et EuroAfro) Afro (Afro, APal et Aass) Assian
(Americanoid, East Assian, E. AssPal, E. AssAfro, Baycal, FarEast).
Un seul type anthropologique, Caucase du Sud/Kazrtveluri (SCGeo),
vécu à l'époque énéolitique.
A un stade précoce de la Culture Kuro-Araxes (première moitié du quatrième
millénaire), le territoire a été colonisé par les autochtones SCGeo,
biologiquement étroitement liés aux types anthropologiques de l'extérieur.
Les types anthropologiques actuels sont étroitement liés aux anciens et aux plus
anciens types anthropologiques.
Conformité des processus historiques, archéologiques et anthropologiques
C'est evident.


Voir la vidéo: მოდერნიზმის ისტორიიდან: იოსებ გაბაშვილი (Août 2022).