L'histoire

Tourisme en Bolivie - Histoire

Tourisme en Bolivie - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bolivie

En 2017, 974 000 touristes ont visité la Bolivie. C'est en hausse de 2,1% par rapport à l'année précédente. 313.000 emplois étaient liés à l'industrie touristique, contribuant à 6,3% à l'emploi total dans le pays. En 2017, le tourisme a contribué à 7,2% du PIB


Tourisme en Bolivie - Histoire

Où est la Bolivie

Abritant le plus grand lac navigable du monde rempli d'une beauté naturelle incomparable, la Bolivie est située au cœur de l'Amérique du Sud. Tout en partageant le contrôle du lac Titicaca avec le Pérou, la Bolivie est bordée par le Brésil, le Pérou, le Chili, l'Argentine et le Paraguay. Le climat varie d'est en ouest. En été, la capitale fait face à une température moyenne de 9°C, novembre étant le mois le plus chaud. En hiver, on observe une température moyenne de 5°C, juin étant le mois le plus froid.


Ancien centre économique de l'empire espagnol, Potosi était l'une des plus grandes villes du monde en raison de son Cerro Rico (Rich Mountain) riche en argent. De nos jours, une visite à Potosi offre un aperçu fascinant du colonialisme espagnol et de l'histoire minière. De nombreux voyageurs se joignent à une visite guidée pour acquérir une expérience directe des conditions de travail épouvantables dans la mine la plus notoire du pays.


Contenu

Le Salar de Uyuni fait partie de l'Altiplano de Bolivie en Amérique du Sud. L'Altiplano est un haut plateau qui s'est formé lors du soulèvement des Andes. Le plateau comprend des lacs d'eau douce et d'eau salée ainsi que des marais salants et est entouré de montagnes sans points de drainage. [12]

L'histoire géologique du Salar est associée à une transformation séquentielle entre plusieurs vastes lacs. Il y a 30 000 à 42 000 ans, la région faisait partie d'un lac préhistorique géant, le lac Minchin. Son âge a été estimé par datation au radiocarbone de coquilles provenant de sédiments affleurants et de récifs carbonatés et varie selon les études rapportées. Le lac Minchin (du nom de Juan B. Minchin d'Oruro [13] ) s'est transformé plus tard en Paleo Lake Tauca ayant une profondeur maximale de 140 mètres (460 pieds), et un âge estimé de 13 000 à 18 000 ou de 14 900 à 26 100 ans, selon le la source. Le plus jeune lac préhistorique était Coipasa, daté au radiocarbone il y a 11 500 à 13 400 ans. Lorsqu'il a séché, il a laissé derrière lui deux lacs modernes, Poopó et Uru Uru, et deux grands déserts de sel, le Salar de Coipasa et le plus grand Salar de Uyuni. Le Salar d'Uyuni s'étend sur 10 582 km 2 , soit environ 100 fois la taille des Bonneville Salt Flats aux États-Unis. Le lac Poopó est voisin du lac Titicaca, beaucoup plus grand. Pendant la saison des pluies, le Titicaca déborde et se jette dans le Poopó, qui à son tour inonde le Salar De Coipasa et le Salar de Uyuni. [14]

De la boue lacustre intercalée de sel et saturée de saumure est sous-jacente à la surface du Salar de Uyuni. La saumure est une solution saturée de chlorure de sodium, de chlorure de lithium et de chlorure de magnésium dans l'eau. Il est recouvert d'une solide croûte de sel dont l'épaisseur varie entre quelques dizaines de centimètres et quelques mètres. Le centre du Salar contient quelques îles, qui sont les vestiges des sommets d'anciens volcans submergés à l'époque du lac Minchin. Ils comprennent des structures et des gisements ressemblant à des coraux inhabituels et fragiles qui se composent souvent de fossiles et d'algues. [15]

La région a une température moyenne relativement stable avec un pic à 21 °C de novembre à janvier et un minimum de 13 °C en juin. Les nuits sont froides toute l'année, avec des températures comprises entre -9 °C et 5 °C. L'humidité relative est plutôt faible et constante tout au long de l'année à 30% à 45%. Les précipitations sont également faibles à 1 mm à 3 mm par mois entre avril et novembre, mais elles peuvent augmenter jusqu'à 80 mm en janvier. Cependant, à l'exception de janvier, même pendant la saison des pluies, le nombre de jours de pluie est inférieur à 5 par mois. [8]

Situé dans le Triangle du Lithium, le Salar contient une grande quantité de sodium, potassium, lithium et magnésium (tous sous les formes chlorure de NaCl, KCl, LiCl et MgCl2, respectivement), ainsi que le borax. [15] Avec une estimation de 9 000 000 t, la Bolivie détient environ 7 % des ressources mondiales de lithium connues, dont la plupart se trouvent dans le Salar d'Uyuni. [16]

Le lithium est concentré dans la saumure sous la croûte de sel à une concentration relativement élevée d'environ 0,3 %. Il est également présent dans les couches supérieures du corps poreux d'halite se trouvant sous la saumure, cependant, la saumure liquide est plus facile à extraire, en forant dans la croûte et en pompant la saumure. [ citation requise ] La distribution de la saumure a été surveillée par le satellite Landsat et confirmée par des tests de forage au sol. Suite à ces découvertes, une société internationale basée aux États-Unis a investi 137 millions de dollars dans le développement de l'extraction du lithium. [17] Cependant, l'extraction du lithium dans les années 1980 et 1990 par des entreprises étrangères a rencontré une forte opposition de la part de la communauté locale. Les habitants croyaient que l'argent infusé par l'exploitation minière ne les atteindrait pas. [18] Le lithium dans les marais salants contient plus d'impuretés, et le climat humide et la haute altitude le rendent plus difficile à traiter. [19]

Aucune usine minière n'est actuellement sur le site, et le gouvernement bolivien ne veut pas autoriser l'exploitation par des sociétés étrangères. Au lieu de cela, il a l'intention d'atteindre une production annuelle de 35 000 t d'ici 2023 dans une joint-venture avec ACI Systems Alemania GmbH. [20] [21] [22]

On estime que le salar d'Uyuni contient 10 milliards de tonnes (9,8 milliards de tonnes longues et 11 milliards de tonnes courtes) de sel, dont moins de 25 000 t sont extraites chaque année. Tous les mineurs travaillant dans le Salar appartiennent à la coopérative de Colchani. [ citation requise ]

En raison de son emplacement, de sa grande superficie et de sa planéité, le Salar est une route de transport automobile majeure à travers l'Altiplano bolivien, [12] sauf lorsqu'il est recouvert d'eau de façon saisonnière. [ citation requise ]

Salar signifie plat de sel en espagnol. Uyuni provient de la langue aymara et signifie un stylo (enclos) Uyuni est un nom de famille et le nom d'une ville qui sert de passerelle pour les touristes visitant le Salar. Ainsi Salar d'Uyuni peut être vaguement traduit par un salar avec des enclos, ce dernier se référant peut-être aux « îles » du Salar ou comme « plateau de sel à Uyuni (la ville nommée « enclos pour animaux ») ». [ citation requise ]

La légende aymara raconte que les montagnes Tunupa, Kusku et Kusina, qui entourent le Salar, étaient des peuples géants. Tunupa a épousé Kusku, mais Kusku s'est enfui d'elle avec Kusina. En deuil Tunupa a commencé à pleurer pendant qu'elle allaitait son fils. Ses larmes se sont mélangées au lait et ont formé le Salar. De nombreux habitants considèrent le Tunupa comme une divinité importante et disent que l'endroit devrait s'appeler Salar de Tunupa plutôt que Salar de Uyuni. [15]

Une partie de l'île d'Incahuasi à l'intérieur du Salar, avec des cactus géants

Vigognes près du Salar De Uyuni 2017

Le Salar est pratiquement dépourvu de toute faune ou végétation. Cette dernière est dominée par des cactus géants (Echinopsis atacamensis pasacana, Echinopsis tarijensis, etc.). Ils poussent à une vitesse d'environ 1 cm/an jusqu'à une hauteur d'environ 12 m. D'autres arbustes incluent Pilaya, qui est utilisé par les habitants pour soigner le catarrhe, et Thola (Baccharis dracunculifolia), qui est brûlé comme combustible. Des plants de quinoa et des buissons de queñua sont également présents. [15]

Chaque mois de novembre, le Salar de Uyuni est le lieu de reproduction de trois espèces de flamants d'Amérique du Sud se nourrissant d'artémias locaux : les flamants du Chili, des Andes et les rares flamants de James. Environ 80 autres espèces d'oiseaux sont présentes, dont la foulque cornue, l'oie des Andes et l'étoile des collines des Andes. Le renard andin, ou culpeo, est également présent, et les îles du Salar (en particulier l'île d'Incahuasi) hébergent des colonies de viscaches ressemblant à des lapins. [15]

Hôtels Modifier

Salar de Uyuni est une destination touristique populaire, et par conséquent un certain nombre d'hôtels ont été construits dans la région. Faute de matériaux de construction conventionnels, beaucoup d'entre eux sont presque entièrement (murs, toit, meubles) construits avec des blocs de sel taillés dans le salar. Le premier de ces hôtels, nommé Palacio de Sal, a été érigé en 1993-1995 [23] [24] au milieu de la saline [25] [26] et est rapidement devenu une destination touristique populaire. [27] Cependant, son emplacement au centre d'un désert a causé des problèmes d'assainissement, car la plupart des déchets devaient être collectés manuellement. La mauvaise gestion a causé une grave pollution environnementale et l'hôtel a dû être démantelé en 2002. [28] [29]

Cimetière du train Modifier

Une attraction touristique majeure est un cimetière de train antique. Il se trouve à 3 km d'Uyuni et y est relié par l'ancienne voie ferrée. La ville a servi dans le passé de plaque tournante de distribution pour les trains transportant des minéraux en route vers les ports de l'océan Pacifique. Les lignes de chemin de fer ont été construites par des ingénieurs britanniques arrivés vers la fin du 19ème siècle et ont formé une communauté importante à Uyuni. Les ingénieurs ont été invités par les compagnies de chemin de fer d'Antofagasta et de Bolivie, parrainées par les Britanniques, aujourd'hui Ferrocarril de Antofagasta en Bolivie. La construction du chemin de fer a commencé en 1888 et s'est terminée en 1892. Elle a été encouragée par le président bolivien Aniceto Arce, qui croyait que la Bolivie s'épanouirait avec un bon système de transport, mais elle a également été constamment sabotée par les Indiens indigènes Aymara locaux qui y ont vu une intrusion dans leurs vies. Les trains étaient principalement utilisés par les sociétés minières. Dans les années 1940, l'industrie minière s'est effondrée, en partie à cause de l'épuisement des minéraux. De nombreux trains ont été abandonnés, produisant le cimetière des trains. Il y a des propositions pour construire un musée à partir du cimetière. [15]

Les salines sont idéales pour calibrer l'équipement de mesure de distance des satellites car ce sont de grandes surfaces stables avec une forte réflexion, similaire à celle des calottes glaciaires. En tant que plus grand plat de sel sur Terre, le Salar d'Uyuni est particulièrement adapté à cet usage. [2] Dans la période de faible pluviométrie d'avril à novembre, en raison de l'absence d'industrie et de sa haute altitude, le ciel au-dessus du Salar de Uyuni est très clair et l'air est sec (l'humidité relative est d'environ 30 % les précipitations sont d'environ 1 millimètre ou 0,039 pouces par mois). Il a une surface stable, lissée par les inondations saisonnières - l'eau dissout la surface du sel et la maintient ainsi nivelée. [30]

En conséquence, la variation de l'altitude de la surface sur la zone de 10 582 kilomètres carrés (4 086 milles carrés) du Salar de Uyuni est inférieure à 1 mètre (3 pieds 3 pouces) normale à la circonférence de la Terre, et il y a peu de kilomètres carrés sur Terre qui sont aussi plats. La réflectivité de surface (albédo) pour la lumière ultraviolette est relativement élevée à 0,69 et montre des variations de quelques pour cent seulement pendant la journée. [7] La ​​combinaison de toutes ces caractéristiques rend le Salar d'Uyuni environ cinq fois meilleur pour l'étalonnage des satellites que la surface d'un océan. [5] [6] [31] En utilisant le Salar de Uyuni comme cible, ICESat a déjà atteint la précision de mesure d'altitude à court terme de moins de 2 centimètres (0,79 in). [32]

En utilisant les données de MISR pour effectuer une bathymétrie optique passive lorsque le plat est inondé et en calibrant le modèle de profondeur d'eau résultant avec les données topographiques de l'altimètre laser d'ICESat, il a été montré que le Salar de Uyuni n'est pas parfaitement plat. L'analyse de 2006 a révélé des caractéristiques précédemment manquées : des crêtes entre 20 et 30 centimètres de hauteur qui sont à peu près sinusoïdales avec une longueur d'onde de 5 km (clairement visibles sur les images LandSat de 1973 et 1975, et toujours aux mêmes endroits des décennies plus tard), et un fossé autour la périphérie est large de 1 à 3 km et profonde de 20 à 50 cm. Ils proviennent de la variation de la densité matérielle, et donc de la force gravitationnelle, sous les sédiments du Salar. Tout comme la surface de l'océan s'élève au-dessus de monts sous-marins plus denses, la surface plate saline s'élève et s'abaisse pour refléter les variations de densité de la subsurface. [31] [33]


Bolivie - Histoire

Les premiers habitants de la Bolivie étaient le peuple Aymara qui a colonisé les terres entourant le lac Titicaca. Le lac est devenu le centre cérémoniel de la civilisation Tiahuanaco, devenant le centre religieux et politique de l'Alto péruvien Altipano avant d'être conquis par les Incas entre 1438-1527 avec leur dernière grande expansion. Le contrôle inca a été de relativement courte durée car le grand empire jadis s'était affaibli et les explorateurs européens étaient sur le point d'arriver.

Les Espagnols ont commencé à arriver au XVIe siècle et se sont immédiatement mis à explorer puis à coloniser leur nouvelle terre. Pour la Bolivie actuelle, cela a abouti à la création de La Plata (plus tard connue sous le nom de Sucre) en 1538. La Plata est devenue la capitale espagnole de la région de Charcas.  160 000 habitants, c'était la plus grande ville de l'hémisphère occidental. « À l'époque, les mines d'argent de Potosi étaient parmi les plus riches au monde et ont contribué à alimenter l'économie de l'Espagne pendant de nombreuses années.

L'argent de Potosi allant directement à l'Espagne et non à la Bolivie, le pays a fait face à de nombreux problèmes économiques.  Les populations locales sont devenues frustrées et désenchantées par leurs dirigeants européens, culminant avec la Grande Rébellion de 1780-82.  Cette rébellion a été dirigé par les peuples autochtones et a été suivi par la guerre d'indépendance au début du 19ème siècle. Au début des années 1820, le général Sim&# 243n Bolivar, un chef militaire et politique vénézuélien a entrepris de libérer le Venezuela et la Colombie avant de se rendre en Équateur puis la Bolivie.  La nouvelle République de Bolivie a été nommée en son honneur. 

Le jeune pays a dû faire face à de nombreuses luttes, car les guerres nécessaires pour obtenir l'indépendance avaient considérablement affaibli à la fois l'économie et les infrastructures et les premiers dirigeants ont établi des dictatures militaires. Le pays a commencé à perdre des territoires au profit de ses voisins, y compris sa côte vers le Chili et des zones vitales pour le le boom du caoutchouc est allé au Brésil. Enfin, un différend frontalier en 1932 a vu encore plus de territoire pris par le Paraguay pendant la guerre du Chaco.

Après la guerre du Chaco, le pays est entré dans une période de relative stabilité qui est, dans de nombreux cas, attribuée au président Victor Paz Estenssoro qui était au pouvoir entre 1952-56 et à nouveau en 1960-64. Il s'est concentré sur la reconstruction du pays en faisant et des changements importants comme l'introduction du suffrage universel et d'un syndicat national des travailleurs. Malgré cela, les années 1970 se sont avérées être une période mouvementée pour le pays avec divers coups d'État et dictateurs militaires. Une fois de plus, il s'est mis à relancer l'économie du pays. Lorsque Jaime Paz Zamora a pris le pouvoir en 1989, l'hyper-inflation qui avait sévi dans le pays était nettement moindre.

Le nouveau millénaire a été témoin de troubles et de protestations, cependant, en décembre 2005, la Bolivie a élu son premier président indigène, Juan Evo Morales Ayma, qui a rapidement initié un changement important et a été réélu en 2009. Bien qu'il soit connu comme l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine, l'optimisme règne en Bolivie. De plus en plus de touristes viennent explorer cette terre de contrastes et de beauté et le tourisme n'a cessé de croître depuis les années 1990.  Pour ceux qui souhaitent s'aventurer hors des sentiers battus, ils trouveront non seulement des paysages époustouflants, mais aussi des opportunités culturelles incroyablement uniques dans ce petit mais fascinant pays.

Informations de voyage en Bolivie

Chez Goway, nous pensons qu'un voyageur bien informé est un voyageur plus sûr. Dans cet esprit, nous avons compilé une section d'informations de voyage facile à naviguer dédiée à la Bolivie.

Découvrez l'histoire et la culture de la Bolivie, les plats et les boissons incontournables et ce qu'il faut emporter dans votre valise. Lisez à propos de la nature et de la faune, de la météo et de la géographie de la Bolivie, ainsi que des « Country Quickfacts » compilés par nos experts en voyages. Nos conseils pour le globe-trotter, ainsi que nos informations sur les visas et la santé vous aideront à vous préparer correctement pour un voyage sûr et agréable. La seule façon d'en apprendre davantage est d'embarquer pour votre voyage et de découvrir la Bolivie par vous-même. Commencez à explorer & réservez l'un de nos circuits en Bolivie aujourd'hui !

Prolongez votre voyage

Réservez votre circuit en Bolivie avec Goway ! 

AMÉRIQUE LATINE par Goway est une division exclusive spécialisée dans la planification et l'organisation de circuits, de vacances et d'expériences en Bolivie. Choisissez parmi une simple escale en ville, des vacances inoubliables, un module de voyage indépendant et bien plus encore. Nous voulons être votre premier choix lors de votre prochain voyage en Bolivie.


Emballage pour voyager en Bolivie

Le soleil peut être aveuglant et les nuits froides en altitude en Bolivie, comme sur le Salar de Uyuni.

Emballez pour toutes les saisons et le climat est déroutant

Un voyage à travers la Bolivie est un voyage à travers plusieurs zones climatiques.

En l'espace d'une journée, vous pouvez passer d'un climat glacial et enneigé des hautes terres à une jungle chaude et humide. Lorsque vous visitez les régions andines de la Bolivie, assurez-vous d'emporter beaucoup de couches.

Le matin et le soir, les températures peuvent descendre en dessous de zéro, tandis que lorsque le soleil brille l'après-midi, vous êtes à l'aise en short et en t-shirt.

De plus, des tempêtes de pluie peuvent survenir à tout moment, surtout pendant la saison des pluies (entre novembre et mars), alors assurez-vous d'avoir une veste de pluie dans votre sac de jour.

Si vous prévoyez de faire de la randonnée en Bolivie, je vous recommande fortement d'investir dans de bons vêtements de pluie. Une veste imperméable (consultez-les sur REI|Backcountry|Amazon), pantalon imperméable (regardez sur REI|Amazon) et étanche mais léger bottes de randonnée (consultez le mien sur REI | Backcountry | Amazon) rendra votre randonnée de plusieurs jours beaucoup plus agréable et peut en fait vous aider à emballer plus léger puisque vous n'aurez pas à prendre des tonnes de paires de vêtements supplémentaires pour remplacer les vêtements trempés.

UNE veste imperméable légère est également un bon choix pour la jungle amazonienne car elle peut être très, très humide dans des endroits tels que Rurrenabaque et le parc national de Madidi.

Le soleil peut être brutal à haute altitude, comme le Salar de Uyuni ou les marais salants boliviens. Même avec des températures basses, vous pouvez toujours attraper un coup de soleil, alors assurez-vous d'emporter chapeaux et crème solaire. Ne vous laissez pas tromper par les montagnes enneigées ! Votre peau vous remerciera pour la protection.

Un autre conseil d'emballage est d'utiliser un sac à dos, même si vous ne prévoyez pas de trekking. Entre les trajets en bus et les déambulations dans les rues de la ville, un sac à dos est beaucoup plus pratique qu'une valise à roulettes ou un sac de sport. Balbuzard sont une marque durable et fiable (consultez-les sur REI|Osprey|Amazon).


À propos de la Bolivie

Officiellement connu sous le nom d'État plurinational de Bolivie, le pays est géographiquement le plus grand pays enclavé des Amériques et l'une des nations les plus diverses et uniques d'Amérique du Sud. La Bolivie doit son nom à Simón Bolívar, un chef de file des guerres d'indépendance hispano-américaines. Sa taille est égale à celle de la Californie et du Texas réunis. Il est bordé au nord et à l'est par le Brésil, au sud-est par le Paraguay, au sud par l'Argentine, au sud-ouest par le Chili et au nord-ouest par le Pérou.

La Bolivie a plus de 13 types de géographie différents - ce qui en fait l'un des pays avec la plus grande biodiversité au monde et fait varier considérablement le climat avec l'altitude et d'une zone climatique à l'autre. Le climat en Bolivie varie d'humide et tropical à froid et semi-aride.

L'Oriente est une région de plaine s'étendant des forêts tropicales aux prairies et aux marécages. Il comprend les deux tiers nord et est de la Bolivie. Dans la partie ouest, vous trouverez le grand plateau de l'Altiplano, entouré de deux chaînes de montagnes des Andes. Près de la moitié de la population vit sur le plateau, où se trouvent les villes d'Oruro, Potosí et La Paz. Le lac Titicaca, près de La Paz, est le plus haut plan d'eau navigable commercialement au monde. Le Salar De Uyuni dans le Sud-Ouest est le plus grand désert de sel au monde, et un spectacle vraiment unique à ne pas manquer.

La Paz est-elle la capitale de la Bolivie ?

En fait, la capitale constitutionnelle de la Bolivie est Sucre, tandis que La Paz est le siège du gouvernement. Sucre s'appelait autrefois La Plata et a été proclamée capitale provisoire de l'Alto Perú nouvellement indépendant (aujourd'hui la Bolivie) le 1er juillet 1826. La ville a été rebaptisée en l'honneur du leader révolutionnaire Antonio José de Sucre par le président José Miguel de Velasco le 12 juillet 1839 et proclamée capitale de la Bolivie. Le siège du gouvernement a déménagé à La Paz au début du XXe siècle après la Révolution fédérale de 1899 et en raison de l'éloignement de Sucre de l'activité économique suite au déclin des mines d'argent de Potosí.

La Constitution actuelle, approuvée en 2009, attribue le rôle de capitale nationale à Sucre, ne faisant pas référence à La Paz dans le texte. La Cour suprême de Bolivie est également située à Sucre, ce qui en fait également la capitale judiciaire. Cependant, le Palais présidentiel (Palacio Quemado), siège du pouvoir exécutif bolivien, est situé à La Paz, tout comme l'Assemblée nationale et l'Organe électoral plurinational (OEP).

La Paz, avec une population d'environ 1 715 millions d'habitants, est la deuxième plus grande ville de Bolivie après Santa Cruz de la Sierra, qui est le principal centre économique et financier. La Paz est la capitale administrative la plus élevée du monde, elle vaut vraiment la peine d'être visitée un jour ou deux.

Donc, au cas où vous seriez confus : Sucre est la capitale constitutionnelle, La Paz est le siège du gouvernement et la capitale administrative et Santa Cruz est le centre économique. Oh, et Cochabamba est l'endroit où se trouve le Parlement sud-américain.

Tourisme en Bolivie

Beaucoup de gens pensent que la Bolivie est principalement un pays andin ou pensent d'abord au lac Titicaca ou aux salines d'Uyuni. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que la région andine couvre moins d'un tiers de la Bolivie. Ne manquez pas les deux autres tiers du pays avec de belles destinations tropicales telles que des forêts tropicales et des cascades, des parcs nationaux étonnants, la plus grande ville de Bolivie, de magnifiques sites historiques, tous influencés par certains des groupes ethniques les moins connus de Bolivie comme les Moxos, les Guarayos, les Ayoreos, les Guarani et les Chiquitanos.

Ce que vous devez savoir avant de voyager :

Sécurité
Même si la Bolivie est l'un des pays les moins développés d'Amérique du Sud, les statistiques criminelles sont assez faibles. En général, si les touristes prennent des mesures de sécurité élémentaires, ils peuvent arpenter les rues de la plupart des quartiers des grandes villes sans être victimes d'actes criminels.

Voyager avec des enfants en Bolivie est également généralement sûr et amusant, si vous tenez compte de l'altitude, faites des trajets plus courts et choisissez les destinations en tenant compte du climat.

Santé
Il est toujours important de prendre soin de votre santé, mais il y a d'autres préoccupations à garder à l'esprit lorsque vous voyagez. Que vous partiez en voyage rapide avec votre famille ou que vous étudiiez à l'étranger pendant plusieurs mois, il est plus facile de tomber malade lorsque vous êtes dans un nouvel endroit parce que votre corps n'a pas eu la chance de s'adapter à la nourriture, à l'eau et à l'air. dans un nouvel environnement. Voyager peut vous mettre en contact avec des choses auxquelles votre corps n'est pas habitué. Trois des problèmes de santé les plus courants que vous pouvez rencontrer en voyage sont le décalage horaire, le mal de l'altitude et la diarrhée. Lorsque vous traversez des fuseaux horaires, les différentes quantités de lumière peuvent modifier votre horloge biologique interne, ce qui entraîne une condition connue sous le nom de décalage horaire. Le décalage horaire peut provoquer des symptômes comme des maux d'estomac, de l'insomnie et de la fatigue.

Certaines régions de Bolivie atteignent des altitudes extrêmement élevées, comme La Paz, qui s'étend de 3 400 à 4 000 mètres d'altitude. L'ouest de la Bolivie, y compris le Salar de Uyuni, le lac Titicaca et les villes de Potosi et Oruro, est également à un niveau élevé. La haute altitude peut causer un certain nombre de problèmes de santé, même pour les personnes en excellente santé.

Les régions subtropicales de la Bolivie présentent un risque de fièvre jaune. Il est conseillé de se faire vacciner pour cela au moins un mois avant le voyage. Certains pays voisins, dont le Brésil, exigent que toute personne entrant en provenance de Bolivie ait une preuve de vaccination contre la fièvre jaune.

En plus des problèmes médicaux, vous devez vous habiller de manière appropriée pour les conditions. Considérez en particulier les fluctuations de température qui se produisent dans les zones montagneuses, en particulier pendant la journée par rapport à la nuit. Le soleil en Bolivie est très fort et il est facile d'attraper un mauvais coup de soleil très rapidement, surtout à haute altitude où l'air est plus fin et les températures plus fraîches vous font oublier que vous êtes sous les tropiques. Pour vous protéger d'une exposition excessive au soleil, évitez le soleil de midi, buvez beaucoup de liquides et évitez les exercices intenses à des températures élevées. Portez toujours des lunettes de soleil et un chapeau. Utilisez un écran solaire avec une protection UVA et UVB. Il doit être appliqué généreusement sur toutes les parties exposées du corps environ 30 minutes avant l'exposition au soleil et doit être réappliqué après la baignade ou une activité vigoureuse.

Visa
Pour entrer en Bolivie, votre passeport doit être valide six mois après la date d'entrée. Les documents personnels – passeports et visas – doivent être transportés à tout moment, en particulier dans les régions de plaine. Il est plus sûr d'emporter des photocopies plutôt que des originaux, mais si vous vous rendez n'importe où près d'une zone frontalière (même si vous ne traversez pas réellement), vous devez avoir votre vrai passeport avec vous.

Les citoyens américains ont besoin d'un visa pour visiter la Bolivie (un visa de 90 jours valable 10 ans coûte 160 $ ​​US). Théoriquement, il est possible d'obtenir le visa à l'arrivée en Bolivie, mais certaines compagnies aériennes ne vous laisseront pas embarquer sur votre vol sans ce visa. Évitez les problèmes et obtenez-en un avant de voyager.

Météo et meilleur moment pour visiter la Bolivie
La météo en Bolivie dépend beaucoup plus de l'altitude et de la topographie de la région que vous prévoyez de visiter que de la saison réelle de l'année. À des altitudes plus élevées, les températures varieront d'assez chaudes pendant la journée à glaciales la nuit. Dans les zones basses, la pluie peut sembler interminable même pendant la saison « sèche ». Les vallées semblent vivre d'un printemps éternel et les montagnes d'un hiver éternel. Le meilleur moment pour visiter la Bolivie dépend des endroits et des sites que vous souhaitez voir, des visites que vous souhaitez effectuer et du mode de transport que vous souhaitez utiliser.

Hiver (saison sèche) : juin - juillet - août

Idéal pour visiter l'Amazonie bolivienne (Rurrenabaque), Salar de Uyuni.

D'avril à octobre, le temps est généralement plus froid et plus sec. Le mois le plus frais a tendance à être juillet.

Eté (saison des pluies) : décembre - janvier - février

Meilleure chance de voir le célèbre «effet miroir» dans le Salar de Uyuni.

De novembre à mars, le temps est généralement plus chaud et plus humide, bien que dans certaines régions, novembre puisse être assez chaud et sec.

L'altitude de villes comme La Paz, Oruro et Potosi maintient les choses au frais malgré leur latitude tropicale, et des vêtements chauds sont conseillés toute l'année. En hiver, les températures peuvent chuter considérablement en dessous de zéro.

Santa Cruz, Rurrenabaque et d'autres villes de basse altitude sont généralement des "destinations chaudes" pendant la majeure partie de l'année.

Monnaie
La monnaie bolivienne est le boliviano, et son symbole est Bs ou BOB. Les billets sont disponibles en coupures de 5, 10, 20, 50, 100 et 200 bolivianos en pièces de 1, 2 et 5 bolivianos, et en 10, 20 et 50 cents boliviens.

Le taux de change moyen du marché USD/BOB est resté fixé par la Banque centrale bolivienne depuis plusieurs années maintenant. Il s'élève actuellement à 1 USD = 6,96 BOB.

Il y a des banques et des bureaux de change dans l'aéroport où vous pouvez échanger votre devise contre des bolivianos. Les changeurs de rue achètent également des devises à vendre, généralement à un taux légèrement supérieur à celui des banques. Cependant, les billets potentiellement contrefaits peuvent être un problème.

Les guichets automatiques bancaires (ATM) sont présents dans les principales villes boliviennes. Attention cependant, ils ne fonctionnent toujours pas ! De plus, il y a une limite générale de 200 USD par retrait par jour, donc si vous avez besoin de dépenser plus d'argent, prenez des précautions.

Les cartes de crédit les plus acceptées en Bolivie sont American Express, Visa et Master Card.

Les devises étrangères, en espèces et en chèques de voyage, peuvent être échangées dans les banques, les "casas de cambio" (cabines de change ou magasins) et les hôtels. Les banques n'acceptent les billets en USD que dans des conditions absolument parfaites (pas de marques, de déchirures ou même de saleté excessive), vous pouvez donc avoir du mal à payer avec des billets en dollars usés n'importe où.

La majorité des transactions qui ont lieu se font avec des dollars américains et des euros, bien que dans certains endroits, les transactions soient également effectuées avec des devises étrangères moins courantes. Les taux de change pour ceux-ci sont généralement moins favorables.

Temps
L'heure officielle en Bolivie est de 4 heures en retard sur l'heure de Greenwich (GMT-4). La Bolivie ne suit pas l'heure d'été donc l'heure est la même toute l'année et ne varie pas d'une région géographique à l'autre.

Nourriture
Contrairement à ce que beaucoup peuvent dire, la nourriture en Bolivie est bien plus que du riz et du poulet frit. Utilisant principalement un mélange de cuisine espagnole et d'ingrédients indigènes, les plats traditionnels de l'ouest (haute) Bolivie sont généralement adaptés au climat froid et élevé de l'Altiplano. Gustu in La Paz du célèbre chef danois et co-fondateur de Noma en Copenhagen Claus Meyer propose des expériences culinaires intéressantes avec des ingrédients typiques des Andes. Ne manquez pas les steaks de lama et le quinoa, un super grain andin !

Dans les régions basses (tropicales), les principaux ingrédients locaux sont le yucca, les bananes frites, les poissons de rivière et même les tortues et la queue de crocodile (voir ci-dessous).

L'une des meilleures façons de découvrir la cuisine locale dans n'importe quelle ville est de manger sur les marchés locaux où vous pouvez obtenir un repas rapide, savoureux et satisfaisant pour aussi peu que 2-3 USD.

Vacances
Les boliviens sont plutôt friands de vacances. Il serait presque impossible de répertorier tous les jours fériés régionaux et locaux lorsque de nombreuses activités sont suspendues, les jours fériés officiels lorsque les banques et les bureaux sont fermés sont :

1er janvier - Jour de l'An
20 janvier - Jour de la Constitution
Varie (février-mars) - Carnaval
Varie (mars-avril) - Semana Santa (Semaine Sainte)
1er mai - Fête du travail
14 juin - Corpus Christi
21 juin - Solstice d'hiver, Nouvel An Aymara
6 août - Jour de l'Indépendance
2 novembre - Todos los Santos (Fête de la Toussaint)
25 décembre - Noël
Veuillez noter que chaque fois qu'un jour férié tombe un week-end, le lundi suivant est généralement déclaré jour de congé. De plus, si cela tombe un jeudi ou un vendredi, ne vous attendez pas à ce que beaucoup de gens travaillent avant le lundi.

Festival Gran Poder - L'entrée folklorique du Gran Poder est un festival traditionnel qui se déroule dans le célèbre quartier Ch'ijini de la ville de La Paz depuis 1974. La "plus grande fête andine" rassemble environ 30 000 danseurs de 60 groupes de danse folklorique, qui dansent le long d'un itinéraire de 6 kilomètres à l'intérieur de la ville de La Paz. Le festival a lieu entre les mois de mai et juin.

Solstice d'hiver - Nouvel an aymara - Le solstice d'hiver est célébré à Tiwanaku chaque 21 juin. Cette date marque le Nouvel An Aymara ou Machaj Mara, elle marque également le début d'une nouvelle année agricole. Le solstice d'hiver indique que la terre est à son point le plus éloigné du soleil. Les Amautas (prêtres andins) célèbrent des cérémonies de reconnaissance au Soleil et à la Pachamama (terre mère).

Carnaval de Oruro - Carnaval d'Oruro - Le Carnaval d'Oruro est une fête distinctement religieuse en dévotion à la Vierge de Socavón. Chaque année, des groupes de danse folklorique de toute la Bolivie et du monde se réunissent à Oruro pour rendre hommage avec leur musique et leurs danses à la Vierge de Candelaria, également connue sous le nom de Socavón. Les danseurs effectuent un parcours de plusieurs kilomètres, culminant au Sanctuaire de la Vierge à qui ils offrent leur danse en sacrifice en échange de l'exaucement d'un vœu.

Official languages and people
Bolivia's population, estimated at around 11 million, is multiethnic, including Amerindians, Mestizos, Europeans, Asians and Africans. It is also the most indigenous country in the Americas, with 60% of its population being of indigenous descent. After the Spaniards conquered the Incas in the 16th century, Bolivia's predominantly Indian population was reduced to slavery. The remoteness of the Andes helped protect the Bolivian Indians from the European diseases that decimated other South American Indians.

Spanish is the official and predominant language, although 36 indigenous languages also have official status, of which the most commonly spoken are Guarani, Aymara and Quechua languages.

Although the official religion is Roman Catholic, and the majority of the population claims to be Catholic, freedom of religion is accepted in Bolivia. Ties with the Catholic Church have remained strong through agreements and pacts between Bolivia and the Vatican.

Géographie
Bolivia has a territory of 1,098,581 Km2.

Bolivia's geography is comprised of in broad terms the Altiplano (High Plains) with mountain ranges between 3000 and 6000 meters above sea level, valleys between 1500 and 3000 meters above sea level and tropical areas at around 200 meters above sea level. Two thirds of the Bolivian territory are tropical areas and more than three quarters are fertile lands for agriculture.

When traveling from the Altiplano to the Amazon, you will have a hard time believing you are still in the same country.


1. Tiwanaku

Tiwanaku is an impressive archaeological site housing the capital of pre-Inca empire. Much about Tiwanaku remains a mystery and the subject of ongoing academic debate.

The people of Tiwanaku built a magnificent city spanning approximately 2.3 square kilometres with monuments, temples, homes and public buildings. It was still flourishing in 900 AD, however by the time it was discovered by the Incas in the mid-fifteenth century, it was entirely abandoned, probably having declined in the twelfth century.

That which remains is incredible and has resulted in much excited speculation over the years. For example, the many carved heads on the “Templete” or Small Semi-Subterranean Temple were probably meant to represent humans, but have been said to resemble aliens. This has led to some ‘alternative’ theories as to who – or what – built Tiwanaku.

Today, Tiwanaku is a popular tourist site and a UNESCO World Heritage site. Visitor can view its many monuments, gates – such as the well-known Gateway of the Sun – and statues, all of which attest to the importance of this once ceremonial city.

2. Train Graveyard

Just outside the town of Uyuni, in Bolivia, lies the train graveyard. Here lie the remains of dozens of steam engines, dumped when the railways in South America were dismantled. It is literally the end of the line.

The railway system was built in the middle of the 19th century by mainly European engineers, to join the east of of the continent to the west,a huge and ambitious task, having to cross the Andes to reach Chile, but the steam engines became obsolete and were discarded at Uyuni.

These beautiful old steam engines lie, unloved and rarely visited, preserved by the dry air of the cold desert. Uyuni is quite isolated, and it is advisable to go with someone who is familiar with the area. There is no charge for a visit.

3. San Vicente Museum

San Vicente Museum, also known as the Butch Cassidy and the Sundance Kid Memorial Museum, lies in a small mining town in Bolivia which is believed to be the site of the last stand of Butch Cassidy and the Sundance Kid.

Although legends have grown up around this pair of bank robbers, it is almost certain that they met their end here on November 7th 1908, at this small and insignificant town about a four hour drive along a dirt track from Uyuni.

There are no paved roads in this part of Southern Bolivia. The landscape is bleak, and the altitude is high on this pilgrimage to the sad end of Butch and Sundance, (or not, if you believe the legends) so romantically played in the 1969 film by Paul Newman and Robert Redford. If you do make it to the end of the trail, you are rewarded by a small museum with some facts and photos of these outlaws.


7. Convento de San Felipe Neri

Sucre is known as the ‘White City of the Americas’ and Convento de San Felipe Neri contributes to the title. Originally a monastery, the stone structure was later covered with a layer of stucco, and now functions as an all-girls parochial school. Neoclassical in style, the building was constructed between 1795 and 1799 by Friar Antonio de San José Alberto.

Although the building is open to the public, the gate remains locked and visitors have to ring a bell on the right to be let in. The entrance leads to a large inner courtyard surrounded by beautifully preserved corridors. One of the most popular attractions in Sucre, Convento de San Felipe Neri provides breathtaking views of the city from its bell tower and tiled rooftop.


15. Uyuni Salt Flats

World’s largest salt flats, the Salar de Uyuni lies near the crest of the Andes in the Daniel Campos Province in Potosi in southwest Bolivia. An eerie yet stunning landscape, the salt flats are a result of the transformation of a giant ancient lake. During certain months the rain pours and covers the landscape with a thin layer of water converting the land into an expansive mirror.

Salar de Uyuni is a breathtaking vista and a dreamscape for photographers and visitors alike. In 2007, a hotel named Palacio de Sal was constructed entirely with salt blocks in the Uyuni flats.


Voir la vidéo: BOLIVIA ES TURISMO E HISTORIA: Bolivia (Mai 2022).